RAIMBAULT Jean

Par Jean-Pierre Bonnet

Né le 15 août 1922 à Salbris (Loir-et-Cher) ; cheminot, chef de district, puis inspecteur divisionnaire ; résistant ; syndicaliste à la Fédération des cadres.

Jean Raimbault naquit dans une famille de tradition cheminote et militante : son grand-père, recruté chef de brigade aux chemins de fer de l’État avait été licencié en 1910 ; son père, chef de brigade de la voie avant 1914, revenu invalide du front et muté en qualité de sémaphoriste, fut sanctionné d’une suspension de deux années à la suite de la grève de 1920.
Jean Raimbault n’avait pas tout à fait vingt ans lorsqu’il s’engagea dans la Résistance. Il fut recruté en juin 1942 comme agent « spécial Opération exécutive » aux réseaux Buckmaster. Il assura sur le triangle Orléans-Tours-Vierzon des missions de repérage des terrains de parachutage, de stockage des armes récupérées et d’évacuation des pilotes alliés parachutés.
Après deux années de maquis et un travail de maître d’internat, Jean Raimbault entra à la SNCF en juin 1946 en qualité d’attaché au service Voie et Bâtiments en gare d’Étampes. Par la suite, il exerça en qualité de chef de district à Bellac (Haute-Vienne) et à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) et termina sa carrière à Paris comme inspecteur divisionnaire Équipement.
Syndiqué à la CGT dès son entrée à la SNCF, Jean Raimbault resta à la Fédération des cadres autonomes lors du retour à l’autonomie en janvier 1948. Il fut délégué auprès du chef de service Voies et Bâtiments de 1956 à 1959, puis siégea au comité mixte d’établissement Voie de Limoges de 1960 à 1963. Après sa mutation à Paris en 1971, il fut chargé, dans le cadre de la décentralisation, de l’examen des dossiers des agents en résidence à Paris et délocalisés en province. Il transmettait au directeur de la Région les souhaits et doléances de ses mandats avant les prises de décision définitives.
Parvenu à la retraite en 1977, Jean Raimbault assura la présidence du secteur retraités de Paris-Sud-Ouest, puis à partir de 1982 de la section Sud-Ouest, qu’il représenta au bureau de l’Union fédérale des retraités jusqu’en 1990. En 2003, il participait toujours aux réunions de la section Sud-Ouest et aux conseils nationaux de l’UFR.
Marié, Jean Raimbault est père de trois enfants dont aucun n’a repris la tradition cheminote.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7888, notice RAIMBAULT Jean par Jean-Pierre Bonnet, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 21 avril 2012.

Par Jean-Pierre Bonnet

SOURCE : Renseignements communiqués par Jean Raimbault en décembre 2002 et janvier 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément