BOSQUET Léon, Aimé

Par Didier Bigorgne

Né et mort à Château-Regnault (Ardennes) : 5 décembre 1870 – 4 mars 1938 ; ouvrier ferronnier, puis industriel ; militant socialiste et de la Ligue des droits de l’homme ; maire de Château-Regnault (1905-1938) ; conseiller d’arrondissement (1919-1938).

Léon Bosquet était le fils de Nicolas Arsène Bosquet, ouvrier ferronnier, et d’Ismérie Godart, sans profession. Il exerçait aussi le métier de ferronnier quand il épousa la fille d’un boulonnier, Marie Rosine Pierret, couturière, le 7 avril 1894 à Château –Regnault ; de cette union naquit une fille. En 1921, Léon Bosquet s’installa à son compte et devint industriel.

Membre du cercle d’études sociales "Le Réveil" de Château-Regnault affilié à la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes, Léon Bosquet fut élu conseiller municipal de sa ville natale aux élections de mai 1904. En avril 1905, il adhéra au Parti socialiste SFIO et devint maire de Château-Regnault, suite à la démission de Jules Guillemain-Cosson pour raison de santé. Avec un succès à chaque scrutin municipal, de 1908 à 1935, il conserva son mandat jusqu’à sa mort en 1938.

Pendant la Première Guerre mondiale, Léon Bosquet intégra l’administration communale à Château-Regnault et travailla à soulager la misère de la population. Dans l’entre-deux-guerres, il se distingua par ses prises de position pacifistes. En juillet 1925, il fit voter par son conseil municipal une motion pour dénoncer la guerre du Maroc. Ses considérants expliquaient que cette guerre coloniale était « la conséquence de la politique d’impérialisme pratiquée par la haute finance et quelques grands chefs militaires, que seul le prolétariat déjà saigné aux quatre membres par la grande dernière, fait les frais de cette nouvelle guerre ». En conclusion, la motion émettait le vœu que « le gouvernement entre immédiatement en pourparler avec M. Abdel Krim pour la signature d’un traité qui, en vertu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, assurera au peuple rifain une paix conforme à ses intérêts ».

De 1926 à 1935, Léon Bosquet conduisit une politique municipale pour aider les plus défavorisés et les chômeurs. Lors du conflit des mille trois cents ouvriers métallurgistes lock-outés par le patronat de Château-Regnault en avril 1926, il condamna l’attitude des industriels pour avoir fermé leurs usines et fit voter par son conseil municipal un crédit de quinze mille francs « pour soulager la misère et parer aux premiers besoins immédiats de la population ». Il augmenta aussi les dépenses pour l’assistance médicale gratuite, pour l’aide aux vieillards, pour les enfants assistés de familles nombreuses, pour l’assistance des femmes en couche. En 1932, il contracta un emprunt de trois cent mille francs pour financer des équipements (élargissement d’un chemin vicinal, extension du service des eaux, aménagement d’un terrain de jeu) réalisés par les chômeurs de la localité. Enfin, au mois de février 1933, il fit voter un crédit de 350 000 francs afin de verser les allocations chômage pour les deux années à venir.

Le 14 décembre 1919, Léon Bosquet avait été élu conseiller d’arrondissement pour le canton de Monthermé au premier tour en recueillant 1830 voix sur 5131 inscrits et 2128 votants. Il fut réélu dans les mêmes conditions le 14 mai 1922 en l’emportant avec 1632 voix sur 4411 inscrits et 2370 votants. Léon Bosquet devint alors président du conseil de l’arrondissement de Mézières, fonction qu’il exerça jusqu’en 1925. A cette date, il présidait la section de Monthermé de la Ligue des droits de l’homme depuis 1922. Membre de la commission exécutive de la Fédération des élus cantonaux et municipaux socialistes des Ardennes à sa création le 9 janvier 1927, Léon Bosquet fut réélu conseiller d’arrondissement au premier tour le 14 octobre 1928, puis le 7 octobre 1934.

La mort mit fin au double mandat électoral de Léon Bosquet. Aujourd’hui, une école maternelle et une rue portent son nom dans le quartier de Château-Regnault et à Bogny-sur-Meuse.
.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article78075, notice BOSQUET Léon, Aimé par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 23 mars 2018.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : A.D des Ardennes 3M 6, 8 et 9. — Archives communales de Château-Regnault .— Le Socialiste Ardennais, 1919 à 1935. — Etat civil de Bogny-sur-Meuse (commune de Château Regnault).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément