BERDIN Marcelle, Jenny, Émilienne

Par Michel Gorand

Née le 20 janvier 1891 à Paris (Xve arr.), morte le 3 septembre 1972 à Ennery (Val-d’Oise) ; sous-chef de bureau ; secrétaire générale adjointe de la Fédération des cheminots CFTC (1933-1940, 1948-1952) ; membre du bureau confédéral CFTC (1929-1939)

Fille d’un architecte et d’une employée du réseau État, Marcelle Berdin fit partie du bureau de l’Union État de la CFTC dès 1929 et fut responsable de la commission féminine de la Fédération des cheminots CFTC de 1929 à 1942. En 1935, elle animait la commission féminine Interréseaux composée de Melle Bourel (État), Melle Grailly (OW), Mme Tricoit (Nord), Marie Leroy et Melle Iung (PLM), trésorière, Mme Schaeffer, Melles Annette Crenelet et Palice (Est), Melle Forget (PO) et Mme Thomas (CC). Marcelle Berdin, Elle fut désignée au bureau fédéral à partir de 1933, au titre du réseau État, et élue secrétaire générale adjointe de la Fédération de 1933 à 1940. Elle fut aussi élue au bureau confédéral CFTC au congrès de juin 1929 puis réélue chaque année jusqu’au 20ème congrès confédéral CFTC de mai 1939. Lors du congrès confédéral du 26 juin 1937, elle fit le rapport sur les travaux de la Commission Féminine.

Sous-chef de bureau au service commercial de la SNCF et responsable syndicale des Services centraux, Marcelle Berdin revint au bureau fédéral en juin 1945. Elle assista au premier congrès fédéral d’après la Libération en mai 1946, où elle est fut réélue au bureau fédéral, et siégea également à la commission féminine. Réélue au congrès d’avril 1948, elle redevint secrétaire générale adjointe de la Fédération et fut confirmée au même poste lors du congrès de mai 1950. Elle prit sa retraite le 1er janvier 1951 et fut remplacée au bureau fédéral dès février par Marguerite Flambard.

Marcelle Berdin était célibataire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article774, notice BERDIN Marcelle, Jenny, Émilienne par Michel Gorand, version mise en ligne le 7 octobre 2017, dernière modification le 9 octobre 2017.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Le Cheminot de France. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes de Georges Ribeill. — Etude 2006 d’Annie Kuhnmunch. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément