Né en 1848 ; employé de commerce ; anarchiste lyonnais ; membre de la Fédération révolutionnaire.

Louis Bardoux était membre de la Fédération révolutionnaire de la région de l’Est, qui en mars 1881 — c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui, dans le Parti ouvrier, marqua la scission entre socialistes et anarchistes — groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.
Il assista à une réunion publique où les anarchistes lyonnais ouvrirent une souscription destinée à l’achat d’un revolver d’honneur pour le jeune ouvrier tisseur Pierre Fournier. Ce dernier avait tiré, le 24 mars 1882, sur le patron roannais Bréchard, responsable selon lui de la crise qui avait contraint les tisseurs de Roanne à une grève de quarante-quatre jours (avril-mars 1882).
Au nom des anarchistes lyonnais, Bardoux acheta une couronne qui fut déposée, au cours d’une manifestation organisée en juin 1882, sur la tombe des mineurs de La Ricamarie (Loire) victimes de la fusillade de 1869.
Il fut arrêté le 19 novembre 1882, ainsi que de nombreux militants de la Fédération révolutionnaire, et impliqué dans le procès dit Procès des 66, qui s’ouvrit à Lyon, devant le tribunal correctionnel le 8 janvier 1883, à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882.
Bardoux fit partie des prévenus de la deuxième catégorie (Voir Toussaint Bordat) et fut condamné le 19 janvier 1883 à un an de prison, 100 F d’amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et de famille. Le jugement fut confirmé par arrêt de la cour d’appel de Lyon, le 13 mars 1883.

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 3. — Jean Maitron, Histoire du Mouvement anarchiste..., op. cit. — Les Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883. — M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894. DES, Lyon, 1954.

Version imprimable de cet article Version imprimable