ANDRÉ Joséphine

Ouvrière lingère, couturière, brodeuse, confectionneuse au 86, avenue de Clichy, à Paris, XVIIe arr., Joséphine André assista comme déléguée suppléante aux séances du congrès ouvrier de France qui se tint à Paris du 2 au 10 octobre 1876. Elle appartint au comité d’initiative qui avait préparé le congrès. Elle appartint également à la commission nommée par le congrès pour la rédaction des rapports.

Le 3 octobre, elle intervint sur le « travail des femmes ». Elle critiqua la formation professionnelle des jeunes filles dans les couvents et demanda l’extension à ces établissements de la loi sur le travail des enfants dans les manufactures. Elle souhaitait une réglementation de la journée de travail des ouvrières et la création de chambres syndicales en province comme à Paris.

Étaient déléguées avec elle, appartenant à la même profession : Floch, Raoult, Wiguerska. Voir également Poulet.

Joséphine André assista également à la deuxième session du syndicat ouvrier de France qui se tint à Lyon du 28 janvier au 8 février 1878.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76961, notice ANDRÉ Joséphine , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 23 décembre 2010.

SOURCES : Compte rendu du congrès de 1876. — Jean Gaumont, Histoire de la coopération, op. cit., t. II, p. 45.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément