GUILLAUME-LOUIS Paul [GUILLAUME-LOUIS Sébastien, Paul]

Par Gilles Morin

Né le 21 janvier 1878 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), mort le 30 juin 1957 à Tours (Indre-et-Loire) ; médecin, directeur de l’école de Médecine de Tours ; militant radical, radical-socialiste puis socialiste SFIO d’Indre-et-Loire ; maire (1939-1941, 1945-1957) et conseiller général (1939-1940, 1945-1951) de Montbazon (Indre-et-Loire), président du conseil général (1945-1946, 1947-1957).

Paul Guillaume-Louis
Paul Guillaume-Louis
Conseil général d’Indre-et-Loire

Fils de Volny, commerçant, et de Marie-Louise Anne Cunégonde Parfaite Agnès, Scholastique, Paul Guillaume-Louis, après des études primaires et secondaires en Guadeloupe, vint à Paris où il envisageait de préparer le concours de l’École normale supérieure. Mais, sur les recommandations d’un ami médecin chez lequel il résidait, il se tourna vers les études médicales.

Interne des hôpitaux de Paris en 1902, en même temps que Gustave Roussy, il fut reçu docteur en présentant, en juillet 1906, une thèse intitulée « De la Cholédoctomie et recherches sur l’anatomie des voies biliaires » qui obtint la médaille de bronze. De septembre 1905 à septembre 1906, il voyagea en Italie, Sicile, Égypte, Tunisie et Algérie, rédigeant des « relations de voyage » conservées dans ses papiers.

Paul Guillaume-Louis s’installa comme médecin à Tours le 15 septembre 1906. Marié le 29 juillet 1907 avec Germaine Léonie Lainé, fille d’un prospère commerçant de draperie de Mantes-la-Jolie, il devint l’année suivante chirurgien adjoint de l’hôpital général de Tours, puis, en 1909, entra à l’école de médecine de Tours comme professeur suppléant d’anatomie et chef de travaux. En 1912, il fut promu chirurgien en chef à l’asile Gatien-de-Clocheville. De 1908 à 1913, il exerça également comme chirurgien-gynécologue à la maison de santé des religieuses augustines de Saint-Louans à Tours et continua cette pratique professionnelle dans la maison de santé Velpeau qu’il fonda à Saint-Symphorien.

Pendant la guerre 1914-1918, Paul Guillaume-Louis fut affecté à l’hôpital militaire de Tours, puis aux armées le 16 mai 1915. Il exerça auprès de l’ambulance automobile chirurgicale légère n° 2 en Artois, à Houdain, puis dans la Somme, dans l’Aisne, enfin dans le secteur de Verdun. Durant cette période, il fit des recherches sur la chirurgie de guerre. Blessé le 16 septembre 1916 par un éclat de bombe d’avion, il fut fait chevalier de la Légion d’honneur le 29 décembre 1917. Il fonda l’association des Poilus de Touraine avec Maurice Oheix et le député Louis Proust, et reçut en 1957 le diplôme du Mérite des Poilus de Touraine.

Démobilisé, en 1919, Paul Guillaume-Louis devint chirurgien en chef de l’hôpital général de Tours, chargé de cours d’anatomie, puis fut professeur titulaire d’anatomie en 1924 et fut nommé directeur de l’école de médecine le 1er octobre 1928. Il fut par ailleurs l’inventeur de divers instruments chirurgicaux

Suspendu de ses activités de directeur par le gouvernement de Vichy en septembre 1942, il fut réintégré rétroactivement dans celles-ci, à compter du 31 août 1942, par un arrêté de l’académie de Poitiers du 14 novembre 1944. En 1947, il prit sa retraite et fut nommé chirurgien honoraire.

Au plan national, Paul Guillaume-Louis fut associé national de la Société de chirurgie dès 1918 et membre de l’académie de médecine à partir de 1930. Il participa à de nombreuses revues médicales, assura la rédaction de la Gazette médicale du Centre et la co-direction des Archives médico-chirugicales de province.

À Tours, il fréquenta Courteline, qui le présenta en 1915 à Anatole France, et fut ami de Lucien Guitry avec qui il entretint une correspondance durant la Grande guerre. Plus tard, il correspondit avec Georges Duhamel et Albert Buisson.

Délégué de la fédération de la Ligue de l’enseignement, Paul Guillaume-Louis fut élu le 23 janvier 1939 maire radical-socialiste de Montbazon – où il possédait une maison au bord de l’Indre, appelée Bois-Lurette –, et conseiller général, élu le 26 février 1939. Dans une note sur les conseillers départementaux en 1942, il était présenté ainsi : « hostile au gouvernement. Chef des éléments maçonnisants, gaullisants et anticléricaux ».

Militant laïque engagé, il fut président de la FOL dès sa création Il aida ses étudiants à créer un cercle (ouvert aux lycéens et élèves des EPS) Bretonneau pour contrebalancer le cercle Laënnec piloté par l’archevêché.

Paul Guillaume-Louis fut réélu conseiller général le 23 septembre 1945, comme radical-socialiste, puis adhéra à la SFIO un an plus tard. Il fut reconduit en 1951 et 1958 et désigné à la présidence du conseil général en octobre 1945. Mais en septembre 1946, il fut battu d’une voix par Correch. Il retrouva sa fonction à la tête de l’Assemblée départementale de 1947 à 1955. Sa présidence était liée à sa personnalité et non à l’influence du parti SFIO, car il était, à partir de 1949, le seul conseiller général socialiste et gardait vis-à-vis de son parti une « large indépendance » (rapport du préfet du 17 octobre 1951). À ce titre, il œuvra notamment pour l’ouverture du musée de la préhistoire au Grand- Pressigny. Il était également vice-président du bureau des présidents des conseils généraux de France.

André Chandernagor, qui le connut comme jeune fonctionnaire en stage au niveau départemental, en donne un portrait pittoresque dans ses mémoires, rappelant qu’il avait autopsié Anatole France et aimait à citer son ami Courteline, dans des envolées rabelaisiennes. Lorsqu’il s’était installé comme praticien, il s’amusait déjà ainsi, le 9 septembre 1906 : « Je vais visser à ma porte une plaque de cuivre annonçant aux Tourangeaux que leurs furoncles et leurs abcès seront les bienvenus. »

Le 30 juin 1957, durant le congrès de pathologie respiratoire qui se tenait à Tours, il fut frappé par une crise cardiaque. Il décéda le 1er juillet 1957. Le 30 juin suivant, un indépendant emporta l’élection cantonale partielle.

Ses archives ont été déposées aux archives départementales par sa famille.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76466, notice GUILLAUME-LOUIS Paul [GUILLAUME-LOUIS Sébastien, Paul] par Gilles Morin, version mise en ligne le 28 février 2010, dernière modification le 12 octobre 2010.

Par Gilles Morin

Paul Guillaume-Louis
Paul Guillaume-Louis
Conseil général d’Indre-et-Loire

SOURCES : Arch. Nat., F/1a/3214, 3635, 3639 ; F/1cII/147, 284, 285, 292, 305, 310, 320 ; F/1cIV/152. — L’Action laïque, n° 66, juin 1939. — André Chandernagor, La Liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004. — Conseil général d’Indre-et-Loire, Fonds du docteur Sébastien Paul Guillaume-Louis, Répertoire numérique détaillé de la sous-série 177 J, établie par Régine Malveau, Tours, 2009. — Notes d’André Lainé.

Version imprimable Signaler un complément