GRENAPIN-PITRE Charles

Par François Prigent

Né le 10 janvier 1877 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) ; cantonnier, commis aux Ponts-et-Chaussées ; secrétaire national du syndicat CGT des cantonniers en 1932 ; adjoint (1945-1946 et 1947-1953) puis maire SFIO de Saint-Nazaire (1946-1947) ; candidat au Conseil de la République en 1948.

Passé par les écoles laïques, Charles Grenapin-Pitre devint cantonnier. Il adhéra à la SFIO à Saint-Nazaire dans les années 1920. Il était, en janvier 1928, secrétaire du Syndicat national des cantonniers et chefs-cantonniers de France et des Colonies quand il fut élu membre de la Commission administrative de la Fédération des syndicats de Fonctionnaires de la CGT.

Militant très actif, il assistait régulièrement aux réunions et manifestations organisées par les groupements auxquels il était affilié et y prenait fréquemment la parole. Il était par ailleurs adhérent à la 18e section de la Fédération de la Seine du Parti socialiste SFIO. Trésorier adjoint de la Fédération générale des Fonctionnaires depuis 1939, il fut élu trésorier général de la nouvelle Fédération réunifiée en décembre 1936 et conserva cette fonction jusqu’à la guerre ; à l’automne 1938, il fut un des signataires de la motion dite « centriste » au congrès confédéral de Nantes sur laquelle se retrouvaient les fidèles de la direction. Il fut également trésorier de la fédération des travaux publics avant 1939. Il habitait Cité Véron dans le XVIIIe arr. de Paris.

Premier adjoint de Jean Guitton* en 1945, il devint à soixante-neuf ans maire SFIO de Saint-Nazaire entre 1946 et 1947, après la démission du député de Saint-Nazaire, désireux de ne pas cumuler les mandats.

Grenapin-Pitre était à nouveau adjoint dans la municipalité Blancho* en 1947.
En 1948, il figurait en 3e position sur la liste SFIO aux sénatoriales, aux côtés de Théodore Staub* (secrétaire fédéral), Arthur Boutin* (conseiller général de Bouaye) et André Duchemin* (ancien secrétaire de la section de Nantes). Les socialistes, qui obtinrent 113 voix, soit 8.5 % des suffrages exprimés, n’eurent aucun sénateur en Loire-Atlantique avant la victoire de François Autain* en 1983.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76419, notice GRENAPIN-PITRE Charles par François Prigent , version mise en ligne le 23 février 2010, dernière modification le 26 juillet 2010.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Fédérales du PS de Loire-Atlantique. – Archives de l’OURS, dossiers Loire-Inférieure. – Arch. PPo. 300 et 306. — C. Masse, La CGT à travers son quotidien Le Peuple, 1934-1936, op. cit. — D. Stephany, Le personnel de la CGT de 1936 à 1939, op. cit.. - Le Travailleur de l’Ouest. — Le Monde (1948). — Jeanne Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires (1848-1948), Presses Universitaires de Lille, 1989. — Mairie de Saint-Nazaire. — DBMOF, notice par Yves Lequin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément