HARTMANN René

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 15 janvier 1929 à Basse-Yutz (Moselle) ; employé de la Mutualité agricole à Strasbourg (Bas-Rhin) ; militant communiste du Bas-Rhin, secrétaire de cellule à Bischheim (Bas-Rhin) (1964-1966), secrétaire de la section de Bischheim (1966-1996), secrétaire général de la section du Bas-Rhin de France-RDA ; adjoint au maire de Bischheim (1977-1983).

René Hartmann était le fils de Victor Hartmann, cheminot communiste, qui avait été marin dans l’armée allemande pendant la guerre de 1914-1918. Sa mère, Anne Fischer, était une Allemande du Palatinat, très catholique et hostile aux idées de son mari. René était le dernier de leurs trois enfants.

La famille s’étant installée à Bischheim en 1936, où le père avait été muté aux Ateliers de chemin de fer, René Hartmann fit ses études primaires à l’école de son quartier. En septembre 1939, la famille fut évacuée à Périgueux (Dordogne), où sa mère, déjà atteinte par la tuberculose, vécut mal ses origines allemandes : elle se faisait traiter de « boche » par la population locale. Dans ces conditions, les propositions allemandes de retour en Alsace annexée de fait furent acceptées durant l’été 1940. C’est le restaurateur Schirmann, passé au nazisme, qui accueillit les rapatriés à l’arrivée du train en gare de Strasbourg. Son père retrouva son emploi aux ateliers de chemin de fer désormais gérés par la Reichsbahn. Sa mère mourut en 1941.

René Hartmann fréquenta l’École de Commerce municipale, la Höhe Handelsschule à Strasbourg.

En 1944, l’adolescent fut envoyé à Raon-l’Étape (Vosges) pour y creuser des fossés antichars. Il tentait de s’enfuir quand il fut pris dans une rafle et envoyé près de Heilbronn (Bade), dans une usine de guerre, pendant six mois. Il fut libéré par les Américains et rentra à Bischheim le 7 mai 1945. Il reprit ses études et entra en 1946 à la Caisse d’assurances des accidents agricoles de Strasbourg, où il travailla jusqu’à sa retraite, le 31 janvier 1989. Il y fut délégué du personnel.

Son adhésion au Parti communiste fut relativement tardive. L’attentat contre la petite Delphine Renard lui fit prendre cette décision, en 1962. Il devint secrétaire de cellule à Bischheim en 1964. C’était le début des batailles électorales, qui portèrent la gauche à la tête de la mairie de 1977 à 1983. René Hartmann fut l’un des quatre adjoints communistes du maire sans étiquette Lutz. Il s’occupa d’urbanisme, de la création de places, de parcs et d’un étang de loisirs.

De 1966 à 1996, il fut secrétaire de la section communiste de Bischheim. Il fut aussi secrétaire général de l’association France-RDA, ce qui l’amena à participer régulièrement à des voyages à Dresde, ville jumelée à Strasbourg.

René Hartman avait épousé le 16 mai 1953 Mathilde Kaiser, née le 8 février 1929 à Strasbourg, aide-maternelle.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76328, notice HARTMANN René par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 13 février 2010, dernière modification le 8 septembre 2010.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCES : Dernières Nouvelles d’Alsace, 27 février 1997. — Entretien du 5 février 1999.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément