HARDY Jean, René

Par Jacques Girault

Né le 5 mai 1935 à Lutz-en-Dunois (Eure-et-Loir) ; professeur technique adjoint ; syndicaliste, militant communiste ; maire de Châteaudun (Eure-et-Loir), conseiller régional.

Jean Hardy, orateur dans une réunion.
Jean Hardy, orateur dans une réunion.

Fils d’agriculteurs de sensibilité radical-socialiste, Jean Hardy, élève du cours complémentaires de Bonneval, de celui de Chartres, puis du collège moderne et technique d’Orléans (Loiret), obtint un Certificat d’aptitude professionnelle de tourneur et un Brevet d’enseignement industriel (1952). Il entra en septembre 1952 aux usines Citroën (Paris, XVe arr.) comme régleur en fabrication, puis devint successivement tourneur (P1) à l’outillage central, puis en atelier d’entretien, tourneur, fraiseur à l’atelier des études. En 1961, il travailla comme tourneur (P3) à La mécanique Générale, façonnier-sous-traitant, rue Lecourbe (Paris, XVe arr). Fort de ces expériences professionnelles, il réussit le concours d’entrée à l’École normale nationale d’apprentissage (ENNA) en 1962 et fut nommé PTA (mécanique générale) au collège technique de Chartres en 1963. Il obtint sa mutation en 1969 pour le collège technique de Châteaudun avant de devenir PLP2 (maintenance-SMA) et de prendre sa retraite en 1995.

Hardy effectua son service militaire (mars 1956-mars 1958) dans un régiment de Transmissions coloniales à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) puis en Algérie dans le cadre des opérations d’Égypte (20 août 1956 -1er février 1957).

Hardy se maria en juillet 1959 à Châteaudun avec une institutrice. Le couple eut deux enfants.

Hardy fut le trésorier de la section syndicale CGT de l’ENNA, rue de la Roquette puis le secrétaire des sections des collèges techniques de Chartres (1967-1969) et de Châteaudun (1969-1977) du Syndicat national de l’enseignement technique et professionnel (CGT). Il fit partie de la commission administrative de l’Union départementale CGT d’Eure-et-Loir (1964 -1977). Membre du secrétariat de l’Union locale CGT de Châteaudun (1972 -1976), il fut élu administrateur CGT de la caisse régionale d’assurance-maladie de la région Centre de 1983 à 1996.

Hardy adhéra au Parti communiste français en 1963. Secrétaire des cellules de Maintenon (1964-1969), Danielle Casanova de Châteaudun (1969-1977), il devint membre du secrétariat de la section communiste de Châteaudun (1969-1977, puis 1983-2004). Il entra au comité de la fédération communiste en 1965 et y demeura jusqu’en 2006. Membre du bureau fédéral (1968-1977, puis 1983-2004), il fut membre du secrétariat fédéral de 1996 à 1999. Diffuseur de l’Humanité-Dimanche (1965-1977), il reprit la diffusion en 1983 et la poursuivait en 2009. Il exprima son insatisfaction concernant la campagne de la liste « Bouge l’Europe » lors des élections européennes et lors de la négociation sur la participation communiste au gouvernement en 1997. Mais « à aucun moment, je n’ai envisagé de quitter le parti », ajoutait-il.

Hardy, candidat sur une liste d’union de la gauche conduite par l’ancien député communiste Maurice Perche*, fut élu conseiller municipal puis maire de Châteaudun en 1977 (avec une minorité de six communistes sur 27 élus, parmi lesquels des socialistes et des radicaux de gauche s’affrontaient). Dans le cadre de sa gestion, la municipalité à direction communiste, connut des difficultés en raison de l’attitude de la majorité des conseillers et de l’hostilité de la presse locale, mais réalisa des actions dans divers domaines (économie, urbanisme, enseignement, politique sociale et culturelle, restructuration des services municipaux notamment). Le bulletin Vivre à Châteaudun en donnait les résultats. La liste conduite par Hardy arriva en tête de la gauche en 1983 précédant notamment la liste composée par des conseillers municipaux sortants socialistes et radicaux. Au deuxième tour, le maire sortant ne regroupait qu’une partie des candidats de gauche. La liste de droite l’emporta. Il en fut de même en 1989 et en 1995, mais Hardy demeura conseiller municipal, membre des commissions des finances et de l’urbanisme (chargée notamment de la réalisation du Plan d’occupation des sols). Il fut candidat en 2001 en position non éligible. En 2008, il figurait parmi les candidats communistes sur la liste de gauche à direction socialiste qui fut battue.

Hardy, candidat communiste aux élections législatives de 1978 dans la troisième circonscription (Châteaudun-Nogent), arriva en troisième position avec 11 281 voix sur 69 254 inscrits. La presse notait que ces progrès s’expliquaient par les suffrages de socialistes hostiles à la candidature de François Huwart, exclu du Parti socialiste, devenu radical de gauche. Il se désista pour Huwart. Il fut à nouveau candidat en 1981, en 1986, en 1988, en 1993, en 1997.

Hardy fut le candidat communiste aux élections cantonales en 1979 (3 019 voix, deuxième position), en 1985 et en 1989. Pour les élections régionales de 1992, candidat en tête de la liste communiste, élu, il siégea au conseil de la région Centre et fit partie de la Commission « culture, tourisme et sports ». En 1998, réélu conseiller régional sur une liste d’union de la gauche, membre de la commission « éducation, enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie », il en fut le premier vice-président.

En outre, Hardy participa à la création d’une association de parents d’élèves de Maintenon et en assura le secrétariat de 1965 à 1969. Il appartint par la suite à l’association de parents d’élèves du lycée de Châteaudun dont il fut un des initiateurs. Il adhérait aussi au Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix depuis 1984.

Sur le plan local, en 2005, Hardy participa à la création et à l’animation d’un comité d’usagers pour l’amélioration de la liaison ferroviaire Paris-Châteaudun-Tours. En 2007, il fut un des fondateurs et responsables d’un comité pour la défense du service public à l’hôpital de Châteaudun visant dans un premier temps au maintien du service de chirurgie conventionnelle.

Membre du conseil d’administration de l’Institut d’histoire sociale CGT dans la région Centre en 2006, Hardy publia à compte d’auteur un ouvrage sur l’histoire industrielle et sociale de Châteaudun.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76320, notice HARDY Jean, René par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 février 2010, dernière modification le 6 septembre 2010.

Par Jacques Girault

Jean Hardy, orateur dans une réunion.
Jean Hardy, orateur dans une réunion.

ŒUVRE : Esquisse d’histoire industrielle et sociale de Châteaudun de 1935 à nos jours, Châteaudun, 2006.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément