GEORGE Paul, dit AIRELLE Georges

Par Jean Maitron

Né le 23 janvier 1882 à Senones (Vosges), mort le 21 août 1947 à Saint-Étienne-lès-Remiremont (Vosges) ; instituteur, poète et romancier ; militant socialiste, syndicaliste et communiste anti-stalinien.

Fils d’un comptable qui fut maire de Senones, Paul George reçut sa première nomination d’instituteur le 1er juillet 1903. Il connut plusieurs postes, par suite parfois d’un déplacement d’office en raison de ses opinions.

Cultivé, passionné de langues étrangères, Paul George, sous divers pseudonymes et notamment sous celui de Georges Airelle, collabora à Pages libres où il publia le 2 juillet 1904, une monographie « Le Canton de Senones, Vosges ». L’année suivante, il donna à cette revue des chroniques sur le mouvement ouvrier vosgien. En 1906, il collabora au Mouvement socialiste. Il publia ensuite des études dans la Vie ouvrière, revue de Pierre Monatte dont le premier numéro parut le 5 octobre 1909. Il collaborait également à L’Ouvrier vosgien (1902-1913). Enfin il écrivit ou fit paraître, parmi d’autres Le Tisserand, publié à Épinal, ouvrage consacré aux travaux du textile.

Après la guerre, il continua sa collaboration à la Vie ouvrière (nouvelle série, n° 1, 30 avril 1919). Il y donna des traductions d’études portant sur le mouvement ouvrier allemand. Il collaborait à la même époque au Réveil ouvrier d’Épinal et à l’Étincelle, organe de la Fédération communiste des Vosges. Pierre Monatte, après son départ de la Vie ouvrière et du Parti communiste, fit paraître la Révolution prolétarienne (numéro 1 : janvier 1925). G. Airelle y collabora (1925-1929) et appartint au « noyau » de la revue jusqu’en 1935.

Instituteur, Paul George, pratiqua les méthodes actives dans son école. Il fut également un animateur des Auberges de la Jeunesse et des Amis de la Nature. Poète, il fit paraître un recueil de vers à Gérardmer en 1928.

Militant socialiste puis communiste — il avait signé la motion dite Cachin-Frossard en novembre 1920 et il appartint à la commission exécutive de la Fédération communiste des Vosges à l’issue du Ier congrès qu’elle tint à Épinal le 23 janvier 1921. Paul George fut aussi un syndicaliste actif. En 1921, il participa au XVe congrès ouvrier des Vosges qui se tint à Gérardmer les 15 et 16 mai. C’est à cette époque qu’il fonda le syndicat d’instituteurs des Vosges dont il fut le secrétaire.

En 1938, Paul George prit sa retraite et se retira à Saint-Étienne-lès-Remiremont où il devait mourir une dizaine d’années plus tard. Il était marié et père de famille.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76226, notice GEORGE Paul, dit AIRELLE Georges par Jean Maitron, version mise en ligne le 7 février 2010, dernière modification le 20 octobre 2019.

Par Jean Maitron

ŒUVRE : Les Sagards, La Montagne et la vallée, Saint-Maurice-sur-Moselle (Vosges), 1928, 8e Ye 21808 (Bibl. Nat.). Collaborations déjà signalées mais aussi au Pays lorrain, à Clarté et à Monde de Barbusse, etc.

SOURCES : Arch. Dép. Vosges, 9 M 95. — Le Courrier des Vosges, 1919. — Le Réveil ouvrier, 1921. — L’Étincelle, 1921-1922. — Les Vosges nouvelles, 1947. — L’École vosgienne, 1er octobre 1947. — La Révolution prolétarienne, juillet 1948. — Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, 2e trimestre 1974. — Témoignage de Mme veuve George, seconde femme de Paul George (la première mourut de tuberculose vers 1924) à Jean Bossu, 4 janvier 1961.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément