YERNAUX Gaston. Pseudonymes : PIERRONT Jules à l’IC, OSCAR chez les PA (DBK)

Par José Gotovitch

Né le 29 janvier 1906 à Ixelles (Bruxelles), abattu par les Allemands le 2 avril 1943 à Bruxelles ; électricien monteur ; dirigeant des JC ; agent du SS (ex OMS, département des liaisons internationales de l’IC) ; dirigeant du Corps des partisans de Bruxelles.

Fils d’un petit entrepreneur établi en France où il passa la guerre 1914-1918 avec lui, Gaston Yernaux revint auprès de sa mère à Bruxelles en 1922. N’ayant à son actif que l’école élémentaire, il suivit les cours de l’école industrielle (du soir) pour devenir électromécanicien, métier qu’il exerça dans plusieurs entreprises, y compris en France. À partir de 1925, il participa à l’activité de la JCB et devint militant de la Centrale des Métallurgistes dont il fut exclu en 1929 comme communiste. En 1929, il était membre du CC des Jeunesses. Passé au Parti en 1930, il fut également secrétaire de l’Opposition ouvrière, section belge de l’Internationale syndicale rouge.

En octobre 1933, il était à Moscou sous le pseudonyme de Jules Pierront et son nom fut rayé du corps des étudiants en juin 1935. Or il ne figure sur aucun document de l’ELI. Des archives de 1936 nous apprennent qu’il fit partie du Service spécial (ex OMS) sous la direction de Muller (Melnikov*). Il y reçoit une formation de radio et exerce cette activité pour l’IC à Prague de juin 1935 à juillet 1936. Il fut rappelé en effet en juillet 1936 à Moscou pour une « affaire urgente » et mis à la disposition du SS. Or il resta plus de huit mois assigné dans un hôtel, sans contact ni mission, malgré ses demandes réitérées d’explications et d’affectation : il ne voulait pas « être relégué au simple rôle de machine transmetteuse-enregistreuse ». Il fut finalement libéré de la réserve du service et renvoyé en Belgique à la disposition du PCB en octobre 1937. Sa présence en Espagne est attestée par un seul document des Brigades et par la mémoire collective du PCB, mais son activité précise et la durée de son séjour sont inconnus. Il y est signalé en avril et mai 1938. Rentré à Bruxelles, il reprit son métier et à la veille de la guerre figurait au comité du Brabant de la centrale des Métallurgistes. Il prit la tête des Partisans armés de Bruxelles en 1942 et mena personnellement plusieurs des actions les plus spectaculaires. Il tomba, abattu en pleine rue lors d’un rendez-vous. Conformément à la déclaration impérative qu’il avait signée à son départ de Moscou, il ne révéla rien, même à ses intimes, de l’activité réelle qu’il mena au service de l’IC entre 1933 et 1940.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76112, notice YERNAUX Gaston. Pseudonymes : PIERRONT Jules à l'IC, OSCAR chez les PA (DBK) par José Gotovitch, version mise en ligne le 29 janvier 2010, dernière modification le 19 octobre 2016.

Par José Gotovitch

SOURCES : RGASPI, 495 93 194. — Interview de Kira Solovieff, sa compagne, par l’auteur. Notice biographique in J. Gotovitch, Du Rouge au Tricolore, op. cit.

Version imprimable Signaler un complément