CATELLE Céline (Sélina, en Russie)

Par Claude Pennetier

Née en 1899 à Zurich, morte en mars 1963 à Moscou ; traductrice au Komintern ; épouse de Vladimir Degott, dirigeant du Komintern mort au Goulag en 1944.

Fille d’un vieux révolutionnaire français, ouvrier du bâtiment et d’une suisse ouvrière du textile, Céline Catelle suivit sa famille (une sœur et trois frères) expulsée de Suisse en 1907 après de nombreuses arrestations. Elle vécut donc en France à partir de huit ans, fréquenta l’école publique puis à l’école normale jusqu’en 1918 ». Son père s’éloigna des milieux anarchistes qu’il accusait de soutenir la défense nationale pendant la Première Guerre mondiale et se rallia au bolchevisme.

Céline Catelle fut institutrice à Paris en 1918-1920. Elle rallia la Comité de la IIIe Internationale (secrétaire d’un comité) et le Parti communiste naissant. Dans le cadre de ce militantisme, elle connut Vladimir Degott, soviétique, représentant du Komintern à Paris, qu’elle épousa. En 1919-1920 elle fit du travail clandestin en Italie et en France, puis, en 1921, fut arrêtée avec son mari, mais libérée pour absence de preuves. Degott expulsé en URSS. Elle travailla pour le parti en France jusqu’à 1923 puis gagna Ivanovo-Vosnesensk où elle enseigna le français à l’Université des travailleurs, puis Moscou. Outre le français et le russe, elle connaissait l’anglais et l’allemand. Membre du PCb, elle fut embauchée par le Komintern comme rédactrice-traductrice (hors-statut jusqu’en 1928). Elle travailla à partir de 1931 à l’Édition de la littérature en langues étrangères puis fut mutée au poste de bibliothécaire après l’arrestation de son mari en juillet 1938 par le NKVD. Celui-ci fut envoyé au Goulag où il mourut en 1944.

Elle-même reçut un blâme sévère pour absence de vigilance (en rapport avec l’arrestation de son mari) de la part de Sverdlovsky du PCb à Moscou et travailla comme traductrice dans la section romane.

Pourtant, elle obtint une médaille pour vaillance au travail (25 juin 1946) et le diplôme d’honneur de l’organisation de Moscou du MOPR (Secours rouge international) pour son l’action d’aide au front pendant la « Guerre patriotique » (18 juillet 1945).

Céline Catelle avait un fils, Vladimir, né en 1926 à Moscou, soviétique et pionnier.

Son père, Laurent Catelle, né ne 1868, ouvrier du bâtiment, vivait en France 23 rue de l’Internationale à Bobigny (Seine, Sein-Saint-Denis) et militait au Parti communiste. Sa mère, Ida, née en 1878, était ménagère. Ses frères étaient ouvriers du bâtiment : Catelle Germinal, né en 1904 ; Catelle Laurent, né en 1915, membre des JC ; Catelle Charles, né en 1918, membre des JC . Sa sœur - Greco Avenir, née en 1905, travaillait comme couturière

La Pravda du 6 juillet 1963 annonça son décès : « Le collectif des collaborateurs de l’Édition de la littérature en langues étrangères ont le regret d’annoncer le décès de Céline Catelle, membre le plus ancien du PCF, membre du PCb depuis 1924, rédatrice-traductrice des œuvres de V.I. Lénine en langue française »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76079, notice CATELLE Céline (Sélina, en Russie) par Claude Pennetier, version mise en ligne le 1er février 2010, dernière modification le 21 octobre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCE : RGASPI, 495 270 6347 : autobiographie du 22 novembre 1930, du 5 mai 1940 et du 30 août 1949 [traduction Macha Tournié].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément