TROSTEL Wilhelm (dit Willy) Karl

Par Brigitte Studer

Né le 14 novembre 1894, décédé le 1er juillet 1942 à Zurich ; typographe ; membre du PCS à sa fondation ; rédacteur du Kämpfer ; membre du bureau puis de la commission politiques ; responsable de la RUNA jusqu’en 1939 ; un des principaux responsables du Secours rouge international.

Wilhem Trostel
Wilhem Trostel

Originaire de Heimschein en Allemagne, naturalisé zurichois, typographe de formation, Willy Trostel épousa une communiste, Katharina, dite Käthe, avec laquelle il assura la tutelle d’un des fils de Fritz Platten : Fritz Nicolaus.

Pendant la Première Guerre mondiale, il fut dirigeant des Jeunesses socialistes et fut élu au Grand Conseil zurichois en 1917. Ayant adhéré au PC à sa fondation en 1921, et y travaillant à partir de juillet 1923 comme rédacteur au Kämpfer, c’est en tant que communiste qu’il siégea au Législatif entre 1923-1926, entre 1929-1935 et, à nouveau, à partir de1939, mandat qui lui fut retiré en janvier 1941 après l’interdiction du PC. En 1925, il fit son entrée au législatif de la Ville ; il y siégea jusqu’en 1931. En 1932, il avait aussi été nommé à l’une des commissions scolaires de la ville, puis au bureau de cette dernière. En 1936, le bureau politique le désigna à la commission du secrétariat du PCS sur la politique communale et cantonale. Au printemps 1938, Karl Hofmaier le coopta au bureau politique du Parti. Lors du 7e congrès du PCS en 1939, il fit partie de la commission politique. Il fut aussi nommé administrateur de la Rundschau Nachrichten-Agentur, la RUNA, jusqu’à sa fermeture en octobre 1939 par la Police fédérale. À partir de 1939, il fut secrétaire de la section communiste zurichoise.
Durant toutes ces années, de 1923 à 1939, il assuma la direction du Secours rouge suisse en qualité de permanent du Secours rouge international.À partir de 1926, cette activité de secrétaire fut directement rémunérée par Moscou pour un salaire d’environ 400 FS, ce qui correspondait à peu près au salaire d’un ouvrier qualifié. Trostel servait d’homme de liaison avec le centre, maintenait des contacts continus avec l’Internationale, notamment avec Elena Stassova, présidente du Secours rouge international. Trostel transporta plusieurs fois de grosses sommes d’argent dans divers pays pour le SRI. Il était en contact avec tous ceux qui revenaient de Moscou. En outre, il était rédacteur de l’organe international du Secours rouge international, membre de son comité exécutif et responsable, avec Eduard Steiner, de la maison d’édition « Mopr » à Zurich. Il semble avoir été momentanément tenté par l’Opposition dite de droite. Alors qu’au début des années 1930, il participait aux Plénums du comité central du PCS en tant que secrétaire du Secours rouge, il fut élu à cette instance, en 1936, lors du 6e congrès. Il assista au VIIe congrès mondial de l’IC et il semble même, d’après Fritz N. Platten, son pupille, que ce soit lui qui ait prononcé le discours attribué par la presse à Robert Müller. En automne 1935, il dut renforcer la rédaction du Kämpfer après le départ de Koni Mayer en URSS, mais il put, dès février 1936, concentrer à nouveau toute son énergie sur le Secours rouge. Il retourna une dernière fois à Moscou en 1938 ; c’était son septième séjour. Il voyageait beaucoup pour le Secours rouge international ; interrogé par la police fédérale le 27 novembre 1940, il admis s’être rendu en Allemagne, en France, en Autriche, en Belgique, en Hollande, en Espagne, en Tchécoslovaquie, au Danemark, en Suède et en Norvège. Durant la guerre, il fut mobilisé, mais il se retrouva au chômage lors de ses congés militaires. Il succomba à une crise cardiaque.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76067, notice TROSTEL Wilhelm (dit Willy) Karl par Brigitte Studer, version mise en ligne le 27 janvier 2010, dernière modification le 11 avril 2015.

Par Brigitte Studer

Wilhem Trostel
Wilhem Trostel

SOURCES : RGASPI, 539 3, n° 1320 et 495 74, n° 563. — Archives fédérales suisses, Berne, E 4320 (B) 1, vol. 12, E 4320 (B) 1974/47, vol. 81, E 4320 (B)1975/40, vol. 45 et E 21/9571. — Staatsarchiv Zurich [Archives cantonales, Zurich], 15. 8. 1990. Adressbuch der Stadt Zürich, 1925, 1928, 1931. — Bibliothèque de la Ville, La Chaux-de-Fonds 6. Parteitag der Kommunistischen Partei der Schweizam 30., 31. Mai und 1. Juini 1936, im « Limmathaus », Zürich. Erste, unvollkommene Niederschriftdes stenographischen Protokolls, [Zurich 1936], dactylographié, p. 65/1. — Vorwärts, 1er juillet 1952 et15 novembre 1952. — P. Thalmann, Wo die Freiheit stirbt. Stationen eines politischen Kampfes, Olten/Freiburg in Br., Walter-Verlag, 1974, 270 p. (ici p. 12). — H. Zschokke, Die Schweiz und der spanische Bürgerkrieg, Zurich, Limmat Verlag, 1976, 112 p. (ici p. 106). — P. Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke, 1980, 620 p. (ici p. 511). — P. Huber, Stalins Schatten, op. cit. (ici p. 454). — B. Studer, Un parti sous influence, op. cit.Sous l’œil de Moscou. op. cit. Archives de Jules Humbert-Droz, vol. IV (en voie de publication), documents 740 et 753. — Entretiens avec Fritz N. Platten, 9 novembre 1987 et 6 janvier 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément