SCHUDEL Otto (DBK)

Par Brigitte Studer

Né le 25 novembre 1902 à Schaffhouse (Suisse), décédé le 27 juillet 1979 à Prague ; membre du comité central des JCS et de la centrale du SOI ; responsable de la Wirtschaft und Arbeiterbewegung (ou) Rundschau über Politik, journal de l’IC.

Fils de cheminot, Otto Schudel reçut une formation commerciale après avoir passé son enfance à Bâle. Il était marié à Kinka Novkirichka.
À dix-huit ans, il participa aux Jeunesses socialistes et, en 1921, il devint membre du PCS. Il fit partie de la direction locale ainsi que du comité central des JCS. En 1927, il fut appelé à Berlin au Büro zum Studium des Faschismus. Jusqu’en 1930, date de son retour en Suisse, il fut également membre du secrétariat international de la Ligue contre l’impérialisme. D’abord chargé de travailler au SOI suisse (Secours ouvrier international), dont il faisait partie de la direction, Schudel devint responsable, au début 1933, de l’édition de la Rundschau über Politik, Wirtschaft und Arbeiterbewegung, journal de l’IC sous la direction de Hugo Eberlein, le chargé de presse de l’IC pour l’Europe de l’Ouest, et de Julius Alpari. Selon Max Wullschleger, il envoyait régulièrement des rapports à l’IC sur les communistes suisses, mais cette affirmation n’a pas pu être étayée par les archives.

En 1938, il se présenta au Grand conseil sur la liste communiste, sans toutefois être élu. Durant l’illégalité au début des années quarante, il écrivit sur des questions internationales dans les journaux clandestins publiés par le Parti. Après la légalisation et la fondation du Vorwärts, il continua sa collaboration à la presse communiste et représenta le Parti suisse du Travail de Bâle au Conseil bourgeoisial, où étaient représentés les citoyens originaires de la ville.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76042, notice SCHUDEL Otto (DBK) par Brigitte Studer, version mise en ligne le 25 janvier 2010, dernière modification le 28 avril 2016.

Par Brigitte Studer

SOURCES : Archives fédérales suisses, Berne, E 4320 (B) 1, vol. 12, E 21/8989 et E 27/11202 — Contrôle des habitants, Bâle-Ville. — I. Komjat, Die Geschichte der Inprekorr, Zeitung der Kommunistischen Internationale (1921-1939), op ; cit., p. 123. — P. Huber, Stalins Schatten in die Schweiz. Schweizer Kommunisten in Moskau : Verteidiger und Gefangene der Komintern, Zurich, Chronos, 1994, 629 p. (ici p. 448-449). — B. Studer, Un parti sous influence, op. cit.Sous l’œil de Moscou. op.cit, . 909 p. — Entretien avec Max Wullschleger, 15. 3. 1990.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément