TAWNEY Richard Henry

Né le 30 novembre 1880 à Calcutta, Inde ; mort le 16 janvier 1962 à Londres ; historien et socialiste.

Fils d’un haut fonctionnaire de l’Empire des Indes spécialisé dans l’étude du sanscrit, Richard Tawney est né à Calcutta, mais il fait ses études dans la public school de Rugby puis à l’université d’Oxford qu’il quitte en 1903. Il part alors pour Londres et devient travailleur social à Toynbee Hall, célèbre institution philanthropique établie dans l’East End ; pendant trois ans, il sert de secrétaire à l’association « Vacances à la campagne » destinée aux enfants pauvres. Tawney se passionne pour la culture populaire et lorsqu’en 1903 la Workers’ Educational Association (WEA) est créée, très vite, il s’y engage à fond. En 1905, il entre au comité exécutif, où il restera quarante ans. De 1928 à 1944, il sera président de la WEA, où son enseignement a laissé un souvenir impérissable (sa classe la plus réputée a été celle de Rochdale, Lancashire).

Pendant deux ans, de 1906 à 1908, Tawney enseigne à l’université de Glasgow mais il revient ensuite à Oxford travailler au service de l’éducation permanente. A la déclaration de la guerre, Tawney s’engage ; il est affecté au régiment de Manchester comme sergent et part combattre en France où il est gravement blessé en juillet 1916 au cours de la bataille de la Somme.

Au lendemain de la guerre il fait partie de la commission Sankey sur les charbonnages (1919). L’année suivante, il rédige une brochure pour la Société fabienne, « La société du gain » (The Acquisitive Society) qu’il développe bientôt en un ouvrage publié sous le même titre, ouvrage dont l’influence a été considérable, car pendant une génération il sert de base à la réflexion des socialistes et des syndicalistes. En 1931, il fait paraître un autre essai d’analyse politique et sociale, Equality. C’est à ces deux livres que Tawney doit sa réputation de théoricien du socialisme : un socialisme idéaliste, fondé sur les aspirations morales, la justice et l’égalité.

Pendant tout l’entre-deux-guerres, Tawney milite activement au parti socialiste où il intervient tout particulièrement sur les questions scolaires. En 1929, c’est lui qui est le principal rédacteur du document qui sert de manifeste électoral au Parti pour les élections législatives : Labour and the Nation. Si Tawney, anglican sincère, était profondément inspiré par son christianisme, il était étranger aux débats théologiques. Défenseur acharné de l’égalité il combattait ce qu’il appelait la « religion de l’inégalité ». Lorsque Ramsay MacDonald* lui proposa d’être élevé à la pairie en 1933, il refusa et l’année suivante, il envoya au New Statesman une lettre restée fameuse dans laquelle il stigmatisait les travaillistes et les trade-unionistes qui acceptaient titres et honneurs. Le style de Tawney était parfois ardu, mais son caractère imaginatif et coloré produisait une grande impression chez ses lecteurs.

En même temps qu’un théoricien du socialisme, Tawney a été le meilleur historien économiste de sa génération. Son premier ouvrage publié en 1912, « La question agraire au XVIe siècle » (The Agrarian Problem in the Sixteenth Century) avait été suivi en 1926 de son livre de réputation mondiale, « Religion et montée du capitalisme », qui a été traduit en français. Vers la fin de sa vie, il a publié une étude sur Lionel Cranfield, comte de Middlesex (1575-1645).

Le socialisme de Tawney, bâti autour de deux pôles : liberté et égalité, s’inscrit entièrement dans la tradition radicale anglaise. En revanche, ses positions ne doivent à peu près rien au marxisme, et vers la fin de sa vie, il défend les options centristes du Labour. En particulier, lors des âpres controverses sur la politique de défense de 1959 à 1961, il soutient Gaitskell* contre ses opposants partisans du désarmement unilatéral. Tawney a toujours fait preuve d’une grande modestie naturelle. Il a été un remarquable pédagogue, disponible à tout moment et sachant encourager ses étudiants de la London School of Economics (où il professe de 1931 à 1947). Son caractère réservé ne l’a pas empêché d’être l’ami chaleureux de gens très variés. Il avait épousé en 1909 une sœur de William Beveridge, Annette Jeannie, qui mourut quatre ans avant son mari.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75857, notice TAWNEY Richard Henry, version mise en ligne le 11 janvier 2010, dernière modification le 11 janvier 2010.

BIBLIOGRAPHIE : Ross Terrill, R.H. Tawney and his Times, Harvard University Press, 1973, où l’on trouve la liste des ouvrages de Tawney. — J.M. Winter et D.M. Joslin eds, R.H. Tawney’s Commonplace Book, Cambridge, 1972. — J.M. Winter, Socialism and the Challenge of War : Ideas and Politics in Britain 1912-1918, Londres, 1974. — Who Was Who, 1961-1970. — Dictionary of National Biography, 1961-1970.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément