PURCELL Albert Arthur

Né le 3 novembre 1872 à Londres (Hoxton) ; mort le 24 décembre 1935 à Manchester ; dirigeant syndicaliste.

Fils d’un polisseur, Albert Purcell fréquente une école primaire du Yorkshire et dès qu’il a neuf ans, il partage son temps entre la classe et le travail dans une usine de textile. A dix-huit ans, il retourne à Londres pour apprendre le métier paternel, et quelques mois plus tard il s’inscrit à la section londonienne du syndicat des polisseurs. C’est le début d’une longue carrière de militantisme syndical. Purcell adhère également à la Fédération social-démocratique et toute sa vie, il restera fidèle aux convictions de gauche de sa jeunesse.

On lui confie rapidement des responsabilités syndicales et en 1910, quand plusieurs petites associations fusionnent pour créer le syndicat unifié des métiers du meuble, Purcell devient le permanent syndical du Lancashire. A cette époque il vit à Salford et participe activement à la vie locale ; il est conseiller municipal pendant six ans et, de 1907 à 1922, il joue un rôle important à la Bourse du Travail. Par deux fois, en 1910-1911 et 1917-1919, il préside la Bourse du Travail de Manchester et Salford.

C’est à partir de 1914 que ce militant ouvrier acquiert peu à peu une dimension nationale tant dans le monde syndical que dans les milieux travaillistes. La Révolution d’octobre fait de lui un sympathisant actif du régime bolchevique. Il fait partie de la première délégation britannique en Russie. En 1919, Purcell est élu au conseil général du TUC où il se maintient jusqu’en 1928 ; en 1924, il préside le congrès annuel qui se tient à Hull et pendant la grève générale de 1926, on le trouve au comité de grève du TUC.

Purcell entre à la Chambre des Communes en 1923 comme député travailliste de Coventry (il s’était déjà présenté, mais sans succès, en 1910). Il est battu l’année suivante, mais une élection partielle à Forest of Dean, circonscription de mineurs, lui permet de revenir à Westminster dès 1925. Cependant un nouvel échec en 1929 lui fait abandonner définitivement la carrière parlementaire. Il est alors nommé secrétaire de la Bourse du Travail de Manchester et Salford, poste qu’il conservera jusqu’à sa mort.

Purcell a toujours préconisé l’action syndicale dans l’entreprise comme l’arme la plus efficace pour défendre les intérêts de la classe ouvrière contre le capitalisme. Au début des années 1920, il fait partie du bureau britannique de l’Internationale syndicale rouge, comme auparavant il avait fait partie du comité du mouvement Hands off Russia (Ne touchez pas à la Russie) qui contribue à empêcher une intervention britannique contre l’URSS. En 1927 Purcell est désigné par le TUC pour se rendre en Inde. A partir de là il se fera l’avocat inlassable des ouvriers et du syndicalisme indiens.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75781, notice PURCELL Albert Arthur, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

ŒUVRE : The Workers and the Anglo-Russian Treaty : Why the Treaty must be Ratified (Les ouvriers et le traité anglo-russe : de la nécessité de ratifier le traité), en collaboration avec E.D. Morel, Londres, 1924. — Workers of the World, Unité ! (Ouvriers du monde entier, unissez-vous !), Londres, 1927.

BIBLIOGRAPHIE : W.P. & K. Coates, A History of Anglo-Russian Relations, Londres, 1943. — S.R. Graubard, British Labour and the Russian Revolution, Harvard, 1956. — R. Martin, Communism and British Trade Unions, Oxford, 1969. — Joyce Bellamy, John Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément