PUGH Arthur

Né le 12 février 1871 à Abergavenny, Gwent, Galles ; mort le 2 août 1955 à Bedford, Bedfordshire ; leader syndical.

Fils d’un ingénieur du Worcestershire, Arthur Pugh fait ses études primaires à Ross (Herefordshire), mais bientôt orphelin de père et de mère, il est mis en apprentissage à treize ans chez un fermier qui tient en même temps une boucherie. En 1894, Pugh se rend au pays de Galles où il trouve du travail comme fondeur et adhère à l’Association des fondeurs d’acier britannique que John Hodge* avait créée en 1886 à Motherwell. Il s’établit ensuite dans le Lincolnshire où il débute dans la carrière de responsable syndical comme secrétaire de section.

Il devient secrétaire adjoint de l’Association en 1906. Sous l’impulsion de John Hodge et de Pugh, l’association progresse et les efforts en faveur de l’unification aboutissent, en 1915, au rapprochement des six principaux syndicats de l’industrie de l’acier. Deux ans plus tard, trois d’entre eux fusionnent et constituent la Confédération des métiers de la sidérurgie (British Iron, Steel and Kindred Trades Association). Pugh en est le premier secrétaire général et conserve cette fonction jusqu’en 1936. Négociateur habile, Pugh sait créer un climat de confiance entre syndicat et patronat, aussi les grèves dans la sidérurgie ont-elles été rares pendant qu’il occupe le secrétariat.

Pugh appartient à l’aile droite du trade-unionisme et son influence est grande au TUC. Il entre au Conseil général en 1920 et le préside lors de la grève générale de 1926. Membre de la sous-commission extraordinaire créée par le Conseil général et du sous-comité des mineurs, il pèse de tout son poids pour aboutir à un compromis négocié mettant fin à la grève des mineurs.

Au début des années 1930, Pugh adhère à la Société de recherche et de propagande socialistes fondée par G.D.H. Cole*. Il collabore également avec Clifford Allen* et le groupe des Next Five Years. Fait chevalier à soixante-quatre ans, Pugh publie à quatre-vingt-quatre ans son histoire des syndicats de la sidérurgie, « Les hommes de l’acier » (Men of Steel).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75780, notice PUGH Arthur, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 7 janvier 2010.

ŒUVRE : Men of Steel (Les hommes de l’acier), Londres, 1951.

BIBLIOGRAPHIE : Who Was Who, 1951-1960. — W. Citrine, Men and Work, Londres, 1964.

Version imprimable Signaler un complément