JUDE Martin

Né en 1805 ; mort le 30 août 1860 à North Shields, Northumber-land (aujourd’hui Tyne and Wear) ; mineur et syndicaliste.

On sait peu de choses sur la jeunesse de Martin Jude. Après avoir travaillé dans les bassins miniers du Nord-Est, il devient vers la fin des années 1830, cabaretier à Newcastle upon Tyne. En 1841, Jude est l’un des principaux inspirateurs de la Miners’ Association of Great Britain and Ireland (association des mineurs de Grande-Bretagne et d’Irlande), constituée à Wakefield dans le Yorkshire. L’association entend fédérer les unions locales déjà existantes. Sous l’impulsion de Jude, elle se développe grâce à une intense propagande. On compte alors jusqu’à cinquante-trois organisateurs rémunérés chargés de prospecter les secteurs miniers de chaque comté. On cite pour 1844 le chiffre de cent mille adhérents, mais rien ne permet d’en vérifier l’exactitude. Une particularité de ce renouveau syndical, c’est la volonté des mineurs de lutter contre les applications abusives de la loi. Ainsi, en vue d’assurer leur défense et de pouvoir plaider en justice, les mineurs de Durham et du Northumberland s’assurent les services de W.P. Roberts*, avocat radical renommé, à qui l’Association verse en 1844 un salaire annuel de mille livres sterlings au titre de conseiller juridique.

Mais la fédération est gravement affaiblie par les grèves malheureuses menées par les unions qui lui sont affiliées, entre autres la grève de cinq mois des mineurs de Durham et du Northumberland qui se termine par un échec au cours de l’été 1844. Si la fédération parvient encore à se maintenir pendant quelques années, son influence est considérablement réduite. Pendant cette période, Jude se dépense en faveur du vote par le Parlement d’une législation sur les conditions de travail dans les mines, préfigurant par là l’action d’Alexander Macdonald* et de l’Union nationale des mineurs.

Finalement la Miners’ Association se désagrège en 1847-1848 et les efforts acharnés de Jude pour la ranimer en 1850 restent vains. Lui-même meurt dix ans plus tard dans l’obscurité et la pauvreté.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75676, notice JUDE Martin, version mise en ligne le 5 janvier 2010, dernière modification le 5 janvier 2010.

BIBLIOGRAPHIE : S. & B. Webb, History of Trade Unionism, Londres, 1894. — R.P. Arnot, The Miners : A History of the Miners’ Federation of Great Britain 1889-1910, Londres, 1949. — R. Challinor & B. Ripley, The Miners’ Association : A Trade Union in the Age of the Chartists, Londres, 1968.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément