EVANS Lincoln

Né le 18 septembre 1889 à Swansea, Glamorganshire ; mort le 3 août 1970 à Londres ; syndicaliste.

Lincoln Evans fréquente l’école primaire à Swansea, où habite son père, John Evans. Plus tard, il adhère au syndicat des Ouvriers de l’acier et vers la fin des années 1920 on le trouve au comité exécutif du syndicat (Iron and Steel Trades Confederation). Il en est élu président en 1931. Il occupe ensuite diverses fonctions dans la confédération : responsable de l’organisation syndicale en 1931, secrétaire adjoint en 1935, rédacteur en chef du bulletin « L’homme et le métal » (Man and Metal) enfin secrétaire général en 1946. Au lendemain de la guerre, pendant l’été 1945, il avait fait partie d’une délégation de son syndicat en visite en URSS.

De 1946 à 1948, Evans figure parmi les sept membres à mi-temps de l’Office du fer et de l’acier, The Iron and Steel Board, mais en 1953, il renonce à ses responsabilités syndicales pour se consacrer entièrement au Board dont il devient directeur adjoint. A ce titre, il coopère à la dénationalisation de l’industrie de l’acier — attitude qualifiée de trahison par la gauche travailliste. Membre du Bureau de la planification économique (Economic Planning Board) de 1949 à 1951, il se verra confier de 1952 à 1953, la vice-présidence du conseil de la productivité en Grande-Bretagne, British Productivity Council Fait chevalier en 1953, Sir Lincoln Evans meurt à l’âge de quatre-vingt-un ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75416, notice EVANS Lincoln, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

BIBLIOGRAPHIE : [A. Pugh], Men of Steel, Londres, 1951. — Who was Who, 1961-1970. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. VIII.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément