CREMER Randal [CREMER William Randal]

Né le 18 mars 1838 à Fareham, Hampshire ; mort le 22 juillet 1908 à Londres ; pacifiste, député libéral.

Cremer a connu une enfance difficile car son père a abandonné le foyer familial peu après la naissance du jeune William. Dès l’âge de douze ans il travaille et à quinze ans il devient apprenti charpentier. Après avoir séjourné quelque temps à Brighton, il part en 1852 pour Londres où il va tout de suite participer aux activités du mouvement ouvrier et à la vie politique de la capitale. Très vite aussi il se révèle bon orateur, et de 1858 à 1860, on le trouve mêlé aux luttes que mènent les travailleurs londoniens du bâtiment pour obtenir la journée de neuf heures.

Comme l’un des résultats directs de cette lutte est la création en juin 1860 du syndicat unifié des Menuisiers et Charpentiers (Amalgamated Society of Carpenters and Joiners) Cremer figure tout naturellement parmi les fondateurs. On le compte également parmi les initiateurs de la Bourse du Travail de Londres (London Trades Council).

En même temps Cremer s’intéresse passionnément aux affaires internationales et aux relations entre les peuples. Pendant la guerre de Sécession, il se range du côté des États du Nord. Partisan chaleureux de Garibaldi, il est un ami personnel de Mazzini. Lorsqu’en 1864 est constituée l’Association Internationale des Travailleurs — la Ire Internationale — Cremer est le premier secrétaire du Conseil général. En septembre 1866, lors du premier congrès de l’Internationale à Genève, il fait partie de la délégation britannique ; alors que le congrès vote l’abolition des armées de métier et la création d’armées du peuple, Cremer, quant à lui, opte pour une attitude de complet pacifisme. Il ne sera pas réélu au secrétariat.

Sur le plan politique, en Angleterre, Cremer est un membre actif de la Ligue pour la réforme électorale (Reform League), association fondée en 1864 pour faire accorder le droit de vote aux ouvriers. Après la réforme électorale de 1867, qui étend le droit de suffrage à de larges secteurs du monde ouvrier, Cremer, de concert avec George Howell*, passe un accord secret avec le député magnat Samuel Morley et d’autres représentants du parti libéral, accord par lequel les libéraux bénéficient, en vue des élections législatives, de l’appui logistique que représente l’appareil de la Reform League. Pour leur part Cremer comme Howell retirent des avantages financiers de l’entente ainsi conclue.

Lorsque la guerre éclate entre la France et la Prusse en 1870, Cremer fonde un comité ouvrier afin de maintenir l’Angleterre en dehors du conflit. L’année suivante ce groupe prend le nom d’Association ouvrière pour la paix (Workmen’s Peace Association). Nommé secrétaire de l’association, Cremer le restera jusqu’à sa mort.

Dernier épisode dans l’activité syndicale de Cremer, une déplaisante attaque menée contre Robert Applegarth* (dont Cremer était personnellement jaloux) échoue doublement : tandis qu’Applegarth est maintenu au secrétariat général du syndicat des Charpentiers et Menuisiers, la tentative de créer un syndicat dissident fait long feu.

Pendant les trente dernières années de sa vie, Cremer dévoue toute son activité à deux causes, celle du Parti libéral et celle de l’arbitrage international. Il entre au Parlement en 1885 comme député de la circonscription londonienne d’Haggerston, dans le quartier populaire de Shoreditch, siège qu’il conserve jusqu’à sa mort (à l’exception de la législature 1895-1900). Fidèle soutien du Parti libéral, Cremer s’opposera toujours avec fermeté à l’idée d’un parti ouvrier indépendant. Par ailleurs il lance en 1889 une publication pacifiste mensuelle intitulée Arbitrator, dont il est le rédacteur en chef et qui sera traduite en français.

Apôtre de la paix universelle, Cremer voyage dans le monde entier. Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1903. Fait chevalier par le roi en 1907, Sir Randal Cremer avait été décoré de la Légion d’honneur dès 1890.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75384, notice CREMER Randal [CREMER William Randal], version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

BIBLIOGRAPHIE : H. Evans, Sir Randal Cremer : his life and work, Londres, 1909. — R.W. Postgate, The Builders’ History, Londres, 1923. — F.E. Gillespie, Labor and Politics, 1850-1867, Duke University Press, 1927. — K. Marx & F. Engels, Cor-respondence, 1846-1895, Londres, 1934. — B.C. Roberts, The Trades Union Congress, 1868-1921, Londres, 1958. — H. Collins & C. Abramsky, Karl Marx and the British Labour Movement, Londres, 1965. — R. Harrison, Before the Socialists, Londres, 1965. — F.M. Levanthal, Respectable’ Radicals, Londres, 1971. — W.H. Fraser, Trade Unions and Society : the struggle for acceptance, 1850-1880, Londres, 1974. — Dictionary of National Biography, 1901-1911. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. V.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément