BRACE William

Né le 23 septembre 1865 à Risca, Monmouthshire (aujourd’hui Gwent) ; mort le 12 octobre 1947 à Newport, Monmouthshire ; dirigeant syndicaliste.

Lorsque William Brace quitte l’école primaire à l’âge de douze ans, c’est pour entrer à la mine. Il va rapidement y exercer des responsabilités syndicales. Représentant des mineurs de son comté à vingt-cinq ans, il se consacre par priorité à l’abolition du système de l’échelle mobile. D’après ce système, introduit au cours des années 1870 par un accord entre les propriétaires des mines et les mineurs, les salaires étaient liés au prix du charbon : or la baisse des prix qui intervient dans le dernier quart du siècle joue contre les travailleurs de la mine, et en conséquence, pendant des années, les syndicats sud-gallois voient leur progression sérieusement freinée. Le secteur dont Brace est devenu l’« agent » (miners’ agent), le Monmouthshire, n’a qu’une production de charbon très modeste, mais, par son dynamisme, Brace en fait un véritable foyer de lutte syndicale.

La ligne revendicatrice suivie par Brace l’amène à entrer en conflit avec William Abraham* — dit Mabon — l’instigateur de l’accord sur l’échelle mobile. Aussi à de nombreuses reprises les deux hommes se heurtent-ils avec violence, au point que Mabon attaque Brace en justice pour diffamation : à l’issue du procès, il obtient cinq cents livres sterling de dommages et intérêts ; mais Brace refuse de s’exécuter.

Après une période d’agitation grandissante, les mineurs de Galles du Sud votent en 1897 la suppression de l’échelle mobile et l’année suivante, ils demandent leur affiliation à la Fédération des mineurs de Grande-Bretagne (the Miners’ Federation of Great Britain).

Aux élections législatives de 1906, Brace est élu député de la circonscription de Glamorgan-Sud. Il était déjà conseiller général du comté (Monmouthshire County Council). Ce sont les libéraux qui ont soutenu sa candidature, Brace étant d’ailleurs à l’époque hostile à l’idée d’une représentation ouvrière indépendante. Il sera réélu aux deux élections de 1910, et en 1918, il se fait élire à Abertillery, dans le Monmouthshire, sans qu’aucun candidat se présente contre lui.

À partir de 1908-1909, Brace (il fait alors partie de l’exécutif de la Fédération des mineurs de Grande-Bretagne) s’est trouvé constamment en conflit avec un groupe de trade-unionistes d’extrême-gauche, adeptes du syndicalisme révolutionnaire ayant George Barker* et Noah Ablett* à leur tête. Constitués en « comité officieux de réforme » (Unofficial Reform Committee), ces disciples de Tom Mann* exposent dans la célèbre brochure The Miners’ Next Step, leurs revendications : un syndicat général rassemblant tous les travailleurs du sous-sol (charbon, fer, etc.), salaire minimum de base, journée de sept heures, refus de tout compromis avec la direction des mines. Brace, pour sa part, ne cache pas son désaccord avec de tels objectifs.

Lorsque la guerre éclate, Brace adopte une attitude patriotique. Il est nommé membre du conseil privé du roi et devient sous-secrétaire d’État à l’Intérieur dans le gouvernement de coalition (1915). Après trois ans au gouvernement, il démissionne en 1918 avec les autres ministres travaillistes, lorsque le Labour Party décide de se retirer de la coalition dirigée par Lloyd George. Mais vers 1920, Brace, qui voit d’un œil défavorable la montée du socialisme, abandonne toute activité syndicale et quitte le Parlement. Il accepte un poste de conseiller du travail auprès du ministère chargé des affaires minières. Il prend sa retraite en 1927 mais continue à l’occasion d’être sollicité pour des consultations.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75326, notice BRACE William, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 12 décembre 2009.

BIBLIOGRAPHIE : S. et B. Webb, History of Trade Unionism, Londres, 1920. — G.D.H. Cole, A Short History of the British Working-Class Movement, Londres, 1948. — R.P. Arnot, The Miners, 1880-1910, Londres, 1949 ; The Miners : Years of Struggle… from 1910, Londres, 1953. — E.W. Evans, The Miners of South Wales, Cardiff, 1961. — R.P. Arnot, South Wales Miners, t. I : a History of the South Wales Miners’ Federation (1898-1914), Londres, 1967 ; t. II : a History of the South Wales Miners’ Federation (1914-1926), Cardiff, 1975. — Joyce Bellamy, John Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. 1, 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément