RICHARD Lucien, Arthur, Louis

Par Claude Pennetier

Né le 22 septembre 1912 à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne), mort le 16 janvier 2006 à Créteil ; tourneur mécanicien ; syndicaliste CGT du papier-carton ; secrétaire de la section communiste de Créteil de 1944 à 1946 ; conseiller municipal communiste de 1944 à 1959.

Lucien Richard, était fils d’un artisan et d’une ménagère (née Savart). Titulaire du brevet élémentaire et du brevet d’enseignement supérieur, il travailla comme tourneur mécanicien chez son père, avant et après son service militaire en 1934, puis chez un patron, comme robinetier, en 1937. Il adhéra en février 1935 aux Jeunesses communistes puis au Parti communiste en janvier 1937. Il fut sous le Front populaire l’un des dirigeants de la section communiste de Créteil-Bonneuil-sur-Marne (Seine). Secrétaire de cellule du centre à Créteil de 1937 à 1938, secrétaire de la cellule du Parc à Créteil, il fut membre du bureau de section de Créteil (responsable à l’éducation) de 1938 à sa mobilisation en août 1939. Il tenta de combattre le développement d’un petit noyau trotskyste à Créteil. La presse trotskyste relate, en octobre 1937, le passage à tabac d’un jeune instituteur par un groupe de communistes conduits par Richard. En mars 1938, il fut condamné par tribunal correctionnel à trois mois de prison (vraisemblablement avec sursis), avec Raymond Deudon, pour coups et blessures contre des trotskystes, peine réduite à huit jours avec sursis en appel, en juillet 1939.

Favorable au Pacte germano-soviétique ("confiance absolue en l’URSS" écrira-t-il en 1947), il ronéotypa des copies de l’Humanité clandestine. Mobilisé en août 1939 sur la frontière sarroise, interné politique, évadé du camp de Fort Barraux vers septembre 1940, il vint à Saint-Maur-des-Fossés où il reprit contact avec le Parti communiste par Gustave Mélines et par Raymond Deudon, et participa à des distributions de tracts de janvier 1941 à octobre 1942 sous la responsabilité d’André Delamarre. Condamné par défaut à 10 ans d’emprisonnement pour son évasion, recherché par la police, il jugea prudent de quitter Saint Maur, se cacha à Bougival et fit partie d’un corps franc FFI.

Il siégea en septembre1944 au conseil municipal provisoire de Créteil et présida la commission d’épuration, mais ne figura pas parmi les membres de la délégation spéciale mise en place le 18 novembre 1944 (présidée par Éloi Aldebert). Secrétaire de la section communiste locale de 1944 à 1946 après l’exécution de Raymond Deudon, il fut élu conseiller municipal le 13 mai 1945 avec 2443 voix sur 4770 votants (2e tour), et réélu en 1947 et 1953. La première magistrature municipale était occupée par Paul Casalis (RPF) puis André Dassibat (RPF).

Richard travailla à la Compagnie Industrielle des Bois à Bonneuil-sur-Marne, se syndiqua dans le bâtiment et fut membre de la commission exécutive de l’USBB de la région parisienne. Il dénonçait les trusts qui créent « le mécontentement parmi les masses laborieuses par des mesures impopulaires exploitées par les éléments gauchistes et hitléro-trotskistes » (1947). Par la suite, il travailla aux Papiers de France d’Alfortville, fut secrétaire de la section syndicale et du comité d’entreprise. L’UD-CGT de la Seine lui confia la présidence de la commission des comités d’entreprise. Il siégeait à la commission nationale du Papier carton.

Il avait suivi une école communiste de section en 1938 et une école fédérale Paris-Est en janvier 1945

Marié à Saint-Maur-des-Fossés (Seine) le 15 novembre 1941 avec Simone, née Dubois en 1917, vendeuse, militante active de l’Union des femmes françaises (UFF), présidente d’association de parents d’élèves FCPE, Lucien Richard eut une fille, née en 1944 et deux fils.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75044, notice RICHARD Lucien, Arthur, Louis par Claude Pennetier, version mise en ligne le 29 octobre 2009, dernière modification le 4 septembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, 495 270 4300, dossier de Raymond Deudon. — Arch. Dép. Seine, DM3 ; vers. 10451/76/1. — Arch. Com Créteil. — Arch. comité national du PCF. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Notes de Jeannine Gruselle. — Conversation avec Simone Richard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément