TABANOU Pierre

Par Gilles Morin

Né le 14 décembre 1918 à Alès (Gard), mort le 12 juin 1989 à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) ; rédacteur puis inspecteur central des douanes ; militant socialiste ; maire de L’Haÿ-les-Roses (1965-1989), conseiller général (1967-1989), député (1981-1986, 1988-1989).

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

Pierre Tabanou, premier jumeau d’un ajusteur originaire de la Dordogne devenu mécanicien SNCF, Louis Tabanou, et de son épouse, née Louise Jules, fit ses études au lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, puis à la faculté des Lettres de Paris. Titulaire de certificats d’études supérieures de Lettres, il était diplômé de l’École nationale des douanes et droits indirects. Il fit ses études en exerçant les fonctions de maître d’internat au lycée Jules Ferry à Versailles de 1937 à 1939. Il débuta sa carrière comme commissaire du service national des prix et du contrôle économique en 1943-1949, puis fut détaché à la direction générale des douanes, au ministère de l’Économie et des Finances de 1948 à 1981.

Il se maria dans sa commune natale le 8 septembre 1944 avec Marcelle Pautrier.

Adhérent du Parti socialiste SFIO depuis le Front populaire (1936 ou 1937 selon les sources), il fut élu conseiller municipal de L’Haÿ-les-Roses (Seine) lors du scrutin du 16 décembre 1956 puis devint quatrième adjoint au maire Jean-Marie Ducrot le 21 janvier 1957. Il était alors secrétaire de la section socialiste locale. Réélu conseiller le 15 mars 1959, désigné comme deuxième adjoint le 20 mars suivant, il conduisit une liste SFIO-centriste, contre la liste communiste et l’emporta le 21 mars 1965. Il occupa lui-même les fonctions de maire à partir du 28 mars 1965, dans une ville qui venait de passer les 20 000 habitants.

Il occupa une place en continuité dans la nouvelle fédération du Val-de-Marne après sa création : secrétaire général adjoint, chargé des affaires municipales en 1966, il fut membre du bureau fédéral de la SFIO puis du PS de 1967 à 1973, puis membre de la commission exécutive de 1973 à 1977, membre de droit de celle-ci par la suite. Aussi fut-il régulièrement candidat pour les socialistes aux élections parlementaires pour le secteur : suppléant d’Henri Sergent aux élections législatives de 1958 dans la 51e circonscription de la Seine, il fut candidat titulaire pour la SFIO en 1962 dans la même circonscription et figurait sur la liste FGDS (5e de liste) aux élections sénatoriales de 1968 dans le Val-de-Marne, puis candidat du PS aux législatives de 1978.

Conseiller général du Val-de-Marne de 1967 à 1982 (du canton L’Haÿ-les Roses-Fresnes jusqu’en 1976, puis du canton de L’Hay-les-Roses après le découpage de celui-ci, il fut secrétaire de l’Assemblée départementale, puis président de la commission départementale de 1968 à 1970, puis de 1976 à 1981. Il présida, par ailleurs, le syndicat des communes pour le personnel des départements du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis de 1968 à 1977. Il fut désigné puis élu conseiller régional d’Ile-de-France en 1977, il siégea à la commission des Finances et était membre du bureau en 1987.

Élu député de la 2e circonscription (Choisy-le-Roi) du Val-de-Marne le 21 juillet 1981 à 1986. Membre du courant "Mauroy", il n’obtient pas une place éligible sur la liste socialiste, lors des législatives de 1986. Il prit sa revanche grâce au retour du scrutin d’arrondissement en étant réélu de 1988 à son décès en 1989. Il fut rapporteur de la loi sur la fonction publique régionale.

Tabanou devint également président du conseil supérieur de la fonction publique territoriale en 1984, étant le spécialiste du PS des dossiers des fonctionnaires des collectivités locales. À ce titre, il fut choisi par son parti pour siéger à l’Association des maires de France : il siégea au comité directeur de l’association de 1965 à 1986, puis comme membre du bureau dont il devint vice-président.

Représentant des collectivités locales dans différents organismes nationaux ou locaux, il siégea au Conseil supérieur de la fonction publique et hospitalière, aux Conseils d’administration du Marché d’intérêt national de Rungis et de l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif.

Il mourut en cours de mandat. Marc Méchain lui succéda à la mairie jusqu’en 1995 puis Patrick Sève prit la relève.

Une maison de retraite publique de L’Haÿ-le-Roses porte son nom.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74994, notice TABANOU Pierre par Gilles Morin, version mise en ligne le 24 octobre 2009, dernière modification le 10 septembre 2015.

Par Gilles Morin

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/564 ; CAC, 19830172, article 72. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch de l’OURS, B8 56 MM ; 2/APO/6 ; dossier Val-de-Marne ; fonds C. Fuzier — Profession de foi, législatives de 1958. — IdF Infos, octobre 1989. — Le Monde, dossiers et documents, “Les élections législatives de juin 1981”, p. 134. — Le Monde, 17 juin 1989. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne, 1988. — État civil d’Alès, 11 février 2003.— P.M. Dioudonnat, S. Bragadir, Les 10 000 dirigeants politiques français, Sedopolis, 1977-1978.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément