ZAIDNER Jeanine [née RIO Jeanine]

Par Paul Boulland, Dominique Loiseau

Née le 30 janvier 1932 à Paris (XIIe arr.) ; sténodactylo-correspondancière, secrétaire, attachée de direction ; membre du bureau national de l’UJRF et du conseil national des JC (1953-1963), membre du comité puis du bureau fédéral PCF Seine-Sud puis du Val-de-Marne (1959-1975), membre du bureau puis du secrétariat national de l’UFF (1963-1983), directrice d’Heures claires jusqu’en 1983 ; conseillère municipale d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) de 1983 à 2001.

Jeanine Rio était la seule enfant de Joseph Rio, brigadier à l’octroi de Paris mort en 1941, et d’Alphonsine Crété, fille de salle qui termina sa carrière comme surveillante en chef des hôpitaux de l’Assistance publique de Paris. Tous deux furent partisans du Front populaire, et la mère de Jeanine Rio était acquise au féminisme. Evacuée en Loire-Inférieure (Loire-Atlantique) puis de retour à Paris en 1940, Jeanine Rio vécut la Libération dans les Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques) où elle passa un an (1944-1945) en préventorium. Elle y était membre des Eclaireuses de France et ses cheftaines, employées du préventorium, étaient résistantes.

Elle obtint son brevet élémentaire en 1947 et suivit durant six mois une formation de sténodactylo-correspondancière chez Pigier. Elle commença à travailler en 1948 et fut accueillie à Ivry (Seine, Val-de-Marne) par la famille Laluque (voir Raymond Laluque et Raymonde Laluque), qui lui fit découvrir le communisme. Elle adhéra à l’UJRF en 1949 et au PCF en janvier 1952. Elle fut ensuite secrétaire, puis attachée de direction, dans plusieurs branches d’activités (alimentation, métallurgie-mécanique et BTP) puis aux œuvres des vacances populaires enfantines d’Ivry-sur-Seine et à la mairie de Villejuif (Seine, Val-de-Marne). En 1953, elle épousa Marcel Zaidner, maroquinier devenu fraiseur P2 à l’United, militant de l’UJRF puis du PCF, qui fut premier secrétaire fédéral (Seine-Sud puis Val-de-Marne) durant la décennie 1960, membre du Comité central à partir de 1964 et responsable national aux cadres dans les années 1970. Ils eurent trois filles, nées en 1954, 1956 et 1964.

Jeanine Zaidner passa des Éclaireuses de France (1944-46) à l’UJRF puis à l’UJFF, de 1952 à 1963. Dans cette organisation, elle assura la direction locale puis départementale (1958), avant de devenir membre du Bureau national jusqu’en 1963 et, parallèlement, membre du Conseil national des Jeunesses communistes, jusqu’en 1963 également.

Membre de la CGT, elle n’y exerça pas de responsabilités particulières, s’investissant plutôt au PCF et à l’Union des femmes françaises. Membre du secrétariat du comité UFF d’Ivry de 1963 à 1970 environ, aux côtés de la secrétaire Liliane Tetard qui avait succédé vers 1960-1961 à Denise Millérioux partie à Berlin pour la Fédération démocratique internationale des femmes, Jeanine Zaidner fit aussi partie du Bureau national à partir de 1965. Elle devint secrétaire nationale durant la décennie 1970, et dirigea Heures Claires, revue de l’UFF. Elle participa à tous les congrès de 1963 à 1983, s’engagea pour l’abrogation de la loi interdisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et, en avril 1968, proposa d’intégrer dans le vocabulaire de l’UFF le mot « féminisme », en y adjoignant le qualificatif « populaire ». Elle fut remplacée en 1983 par Sylvie Jan, et assura alors, durant deux années, le secrétariat parlementaire de Georges Marchais.

Membre du comité fédéral Seine-Sud du PCF à partir de 1959, elle accéda au Bureau fédéral entre 1964 et 1968, puis siégea à nouveau au comité fédéral. Elle s’investit également sur la commune d’Ivry, dont elle fut maire-adjointe de 1983 à 1995, dans la municipalité de Jacques Laloë, puis conseillère municipale jusqu’en 2001.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74961, notice ZAIDNER Jeanine [née RIO Jeanine] par Paul Boulland, Dominique Loiseau, version mise en ligne le 21 octobre 2009, dernière modification le 24 mars 2011.

Par Paul Boulland, Dominique Loiseau

ŒUVRE : préface de Les modes de garde de la petite enfance, actes d’un colloque qu’elle présidait, édité par le CERM.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. de la fédération PCF du Val-de-Marne. — Arch. Dép. Val-de-Marne. — Arch. nationales de l’UFF. — Entretien avec l’intéressée. Paul Boulland, Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations PCF de banlieue parisienne (1944-1974), thèse de doctorat d’histoire, Paris 1, 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément