DEBUS Marcel, Lucien

Par Claude Pennetier

Né le 9 décembre 1894 à Paris (XIIIe arr.), mort le 28 février 1973 à Bussières (Seine-et-Marne) ; charpentier en fer ; militant communiste ; conseiller municipal de L’Haÿ-les-Roses (Seine, Val-de-Marne) de 1935 à 1940.

Fils d’un employé, charpentier en fer, Marcel Debus apparaît sur les listes électorales de L’Haÿ-les-Roses en 1925, venant de Gentilly. Marié le 16 décembre 1915 à Gentilly (Seine, Val-de-Marne), il était alors journalier et sa femme, Eugénie Thiel, native du XIVe arr. de Paris, relieuse. Au recensement de 1926, il vivait avec sa femme native de Paris, ménagère et six enfants. Il fut élu conseiller municipal communiste de L’Häy-les-Roses le 12 mai 1935, sur la liste dirigée par Raymond Baudin. Il entra en conflit avec le maire et, à partir de l’automne 1938, critiqua la gestion municipale dans le journal socialiste local La Voix socialiste et dans des lettres adressées au préfet de la Seine. Le 20 décembre 1938, il écrivit à Joseph Boisseau, maire adjoint communiste passé à la SFIO, qui sera un an plus tard le président de la délégation spéciale : « Mon vieux Boisseau. Je suis appelé au Bureau de la cellule pour me faire casser du sucre. Il y avait quelques types : comme tu le penses Bouriaux, Decoutieux, Gilibert et un de Fresnes. »

Marcel Debus ne fut pas déchu avec les conseillers communistes en février 1940, mais il fut suspendu en juillet 1940 pour avoir été absent de la ville lors de l’arrivée des Allemands.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74919, notice DEBUS Marcel, Lucien par Claude Pennetier, version mise en ligne le 19 octobre 2009, dernière modification le 26 octobre 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; Versement 10451/76/1 et 10441/64/2 n° 26. — La Voix socialiste, 1938. — État civil du XIIIe arr., recherches infructueuses.

Version imprimable Signaler un complément