GALLOU Auguste, Charles

Par Claude Pennetier

Né le 4 mars 1894 à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), mort le 1er février 1967 à Clichy-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine) ; ajusteur-mécanicien ; militant communiste ; conseiller municipal de Choisy-le-Roi.

Fils d’un mécanicien et d’une faïencière, Auguste Gallou s’engagea pour sept ans au régiment des sapeurs-pompiers de Paris en 1912. Il travailla comme mécanicien dans l’aviation, fut un temps maroquinier (listes électorales 1919), puis, vers 1920, entra avec la qualification d’ajusteur-mécanicien à la Compagnie générale des Eaux, usine de Choisy.

Élu conseiller municipal communiste de Choisy-le-Roi le 12 mai 1929 (20e sur 27) et de la deuxième section (Les Gondoles) le 5 mai 1935 (6e sur 10), il participa à l’action de la minorité communiste du conseil jusqu’au Pacte germano-soviétique. À la séance du 19 septembre 1939, Larrour et Gallou refusèrent de voter l’ordre du jour présenté par le maire et s’en expliquèrent par lettre le lendemain :

« Nous sommes pleinement d’accord pour apporter notre hommage aux Armées françaises […] Quant à la question russe, nous ne pouvons prendre position et ne pouvons encore croire à pareille félonie. Nous attendons des éclaircissements plus amples et serons alors d’accord pour reconnaître que la Russie a réellement trahi. »

Il fut déchu par le conseil de préfecture le 15 février 1940 pour appartenance au Parti communiste. Auguste Gallou avait pourtant écrit le 15 janvier 1940 au ministre de l’Intérieur : « j’ai été trompé par un parti auquel j’ai appartenu et avec lequel je me suis désolidarisé depuis la mobilisation, et surtout depuis l’attaque de la Pologne et de la Finlande » (Arch. Paris, versement 10441/64/2 n° 23). Selon ce document, il voulait annoncer sa démission du Parti communiste à la prochaine réunion du conseil mais la police l’arrêta en application d’un décret du 19 décembre 1939 et l’envoya au camp de séjour surveillé du château de Baillet, commune de Montsoult (Seine-et-Oise, Val-d’Oise). Il y était encore en avril 1940. Déporté en Algérie au camp de Bossuet , il revint à Choisy-le-Roi et milita au Parti communiste.

Marié une première fois à Choisy-le-Roi le 6 juillet 1918 avec une fleuriste, il se remaria le 28 mai 1966 à Bois-Colombes avec une dactylographe (il habitait alors Drancy).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74812, notice GALLOU Auguste, Charles par Claude Pennetier, version mise en ligne le 16 octobre 2009, dernière modification le 17 avril 2016.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1 ; versement 10441/64/2 n° 23 ; listes électorales et nominatives. — Arch. Com. Choisy-le-Roi, K 62. — Témoignage d’A. Grillot. — Renseignements recueillis par Michèle Rault et Nathalie Viet-Depaule. — État civil de Choisy-le-Roi.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément