HAGER Jean

Par Michèle Rault

Né le 8 juillet 1934 à Paris (XIIIe arr.) ; chaudronnier-tôlier ; syndicaliste CGT et militant communiste, secrétaire de l’UD-CGT du Val-de-Marne (1974-1984) ; conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) de 1959 à 1965 et de 1983 à 1995.

Fils d’un manœuvre devenu garçon de cabine dans les piscines de la ville de Paris, Jean Hager vécut à Ivry-Port (Seine, Val-de-Marne), où ses parents habitaient le groupe HBM Philibert Pompée. Dernier d’une fratrie de six enfants, son enfance fut marquée par les privations qu’accentua la Seconde Guerre mondiale. Revenu d’une période d’exode dans le Cher, il vécut les bombardements et vit les jeunes de son quartier organiser la Résistance. Son père, bien que de sensibilité anarchiste, avait adhéré au Parti communiste et distribuait clandestinement des tracts.

Jean Hager fréquenta l’école primaire du Port où il passa son certificat d’études puis, en 1948, entra à l’école d’apprentissage de Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Après avoir obtenu son CAP de chaudronnier-tôlier en 1951, il commença à travailler à Air Liquide. Il quitta cette entreprise vitriote au bout de dix-huit mois et trouva à s’embaucher successivement chez un fabricant de meubles métalliques, quai de la Rapée à Paris puis, à Wissous (Seine-et-Oise, Essonne). Parallèlement à son activité professionnelle, il s’intéressait au sport et participa à ses premières compétitions de vélo.

En juin 1955, appelé sous les drapeaux, il partit en Algérie où il resta jusqu’à la fin septembre 1957. Opposé au conflit, il faisait connaître autour de lui les articles du journal l’Humanité que son père lui adressait. Quelques semaines après son retour, il retrouva un emploi de chaudronnier-tôlier dans les ateliers d’entretien de l’usine chimique Rhône-Poulenc de Vitry-sur-Seine. Il adhéra alors à la CGT et au Parti communiste. Il était également, et ce depuis 1955, membre du bureau de l’Union sportive d’Ivry et poursuivait sa carrière de sportif. À ce titre, il fut présenté sur la liste communiste par Georges Marrane aux élections municipales de 1959. Dans son entreprise, il participa à la création d’une cellule puis d’une section communiste, siégea au Comité d’hygiène et de salubrité et fut, en 1960, élu délégué du personnel. En 1965, il arrêta les compétitions sportives et se consacra à la vie militante.

À la veille des événements de 1968, il cumulait les fonctions de délégué du personnel et de délégué du comité d’entreprise tout en étant membre de la cellule d’entreprise et du comité fédéral du Parti communiste. Lors de l’occupation de l’usine en mai-juin 1968, il devint responsable du syndicat CGT puis accéda au bureau départemental de la CGT. En 1974, il quitta son travail à Rhône-Poulenc pour devenir secrétaire de l’Union départementale CGT. En 1977, il était également chargé de la fonction de trésorier. Il eut à suivre la construction de la nouvelle Maison départementale des syndicats. Il quitta ses fonctions à l’Union départementale en 1984, à l’âge de la retraite. Entre-temps, il avait été élu conseiller municipal sur la liste du maire communiste Jacques Laloë et siégea au conseil municipal jusqu’en 1989. Désigné 12e adjoint en charge des questions de l’emploi et des activités économiques, il participa à la création du comité local pour l’emploi. En 1990, il devint administrateur de la Fédération du Parti communiste. Membre du comité directeur de l’Union sportive d’Ivry, il fut président de ce club de 1987 à 1997.

Père de deux enfants, il s’était marié le 9 septembre 1961 à Ivry-sur-Seine avec Simone Cathiard, professeur d’éducation physique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74471, notice HAGER Jean par Michèle Rault, version mise en ligne le 5 octobre 2009, dernière modification le 7 octobre 2009.

Par Michèle Rault

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Témoignage de Jean Hager, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément