HUGUENET Louis, Marius, Irénée

Par Claude Pennetier

Né le 7 mai 1890 à Salins-les-Bains (Jura), mort le 4 juillet 1957 aux Rousses (Jura) ; représentant de commerce ; militant socialiste SFIO ; maire adjoint d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne) de 1919 à 1924.

Louis Huguenet
Louis Huguenet
Cliché fourni par sa famille

Fils de journaliers, Louis Huguenet fit blessé pendant la Première Guerre mondiale. Fondeur puis représentant de commerce, il fut élu conseiller municipal socialiste d’Alfortville en vingtième position (sur 27) sur la liste de Jules Cuillerier. Il resta à la SFIO après le congrès de Tours (décembre 1920) et fut candidat au conseil d’arrondissement le 16 juillet 1922 où il obtint 37,17 % des suffrages exprimés. Très assidu aux séances du conseil municipal, il accepta les fonctions d’adjoint le 19 juillet 1922. Mais, pour des raisons inconnues, il démissionna de son mandat le 18 juillet 1924.

Peu de temps après, il s’installa à Vincennes, rue Villebois Mareuil et se consacra activement à la Franc-maçonnerie. Il semble avec été un des dignitaires d’une loge locale du Grand-Orient.

En 1930, Louis Huguenet, était secrétaire de la section socialiste SFIO de Vincennes (Seine, Val-de-Marne). Les effectifs étaient passés de 162 au premier semestre 1920 à 20 en décembre 1925, 11 en 1928, 5 en 1929 et 8 en 1930. Réduits à 4 en 1931, la section en compta 9 en 1932, 2 en 1933, 12 en 1934, 10 en 1935 et 33 en 1936.

Candidat aux élections législatives du 26 avril 1936 dans 2e circonscription de Sceaux (Vincennes), il recueillit 1 498 voix sur 23 252 votants et 26 334 inscrits (7,1 % des voix) au premier tour. Il se désista en faveur du communiste Lagarde au second tour.

Il passa la guerre à Vincennes puis retourna dans la Jura où il fut exploitant forestier.

Louis Huguenet épousa, le 3 avril 1920 à Alfortville, Joséphine Cart-Lamy, dont il divorça en 1926. Le couple avait eut un garçon, Jean. Il se remaria, le 4 janvier 1927 à Paris (IXe arr.), avec Germaine Mathé, lingère. La mère de Germaine était commerçant mercière à Alfortville. Le couple eut une fille Jacqueline, et un garçon, Michel. Il se retira dans son département natal où il continua sans doute à militer car le journal de Paul Faure, La République libre, évoquait son nom après sa mort survenue aux Rousses (Jura) le 4 juillet 1957.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74369, notice HUGUENET Louis, Marius, Irénée par Claude Pennetier, version mise en ligne le 26 septembre 2009, dernière modification le 1er juillet 2011.

Par Claude Pennetier

Louis Huguenet
Louis Huguenet
Cliché fourni par sa famille

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1 ; listes électorales et nominatives. — État civil de Salins-les-Bains, d’Alfortville, de Paris (IXe arr.) et des Rousses (recherches infructueuses). — Arch. Com. Alfortville. — Arch. Jean Zyromski, dossier Fédération de la Seine. — Georges Lachapelle, Les élections législatives, op. cit. — La République libre, 12 juillet 1957. — Renseignements recueillis par Michèle Rault. — DBMOF, notice par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule. — Renseignements fournis par la famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément