SCHMIDT Charles, Georges, Fernand [Pseudonyme dans la Résistance : Victor]

Par Annie Pennetier

Né le 26 avril 1914 à Amiens (Somme), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; vendeur, ouvrier, agent de l’Assistance publique ; volontaire en Espagne républicaine ; militant communiste ; résistant.

Vendeur puis ouvrier, Charles Schmidt fut volontaire en Espagne républicaine et commanda une compagnie de mitrailleurs de la 14e Brigade internationale. Il fut grièvement blessé. Sympathisant communiste depuis 1936, il adhéra au Parti communiste en 1937, en Espagne.
Domicilié à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), agent de l’Assistance publique, il devint sous l’Occupation responsable d’un groupe de l’Organisation spéciale (OS) dans la région de Villejuif (Seine, Val-de-Marne), puis, en mars 1942, d’une compagnie de Francs-tireurs et partisans (FTP) sous le pseudonyme de « Victor ». Il fut arrêté par les autorités allemandes le 22 avril 1942, alors qu’il venait de tirer des coups de revolver sur deux militaires allemands dans un garage de la STCRP réquisitionné à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine), sans les atteindre. La perquisition à son domicile permit de trouver des rapports et schémas ayant trait à des attentats, des projets de tracts, des codes et des brochures communistes.
Charles Schmidt fut livré aux autorités allemandes, et fusillé au Mont-Valérien le 11 août 1942, comme otage en représailles à l’attentat du stade Jean-Bouin à Paris (XVIe arr.) et à diverses opérations qui provoquèrent la mort de trente et un Allemands le même mois.
Il fut homologué au grade de capitaine en 1946, et la mention « Mort pour la France » fut inscrite sur son état civil.
Son nom est gravé sur le monument de la Résistance et de la Déportation de Saint-Ouen.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74247, notice SCHMIDT Charles, Georges, Fernand [Pseudonyme dans la Résistance : Victor] par Annie Pennetier, version mise en ligne le 23 septembre 2009, dernière modification le 24 février 2017.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. André Marty, E VIII et E XII (CHS du XXe siècle). – DAVCC, Caen, BVIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – S. Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit., p. 110. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément