RIDOUH Gilbert

Par Jacques Girault Michèle Rault

Né le 1er mai 1939 à Paris (XIIIe arr.) ; professeur d’éducation physique ; militant communiste ; conseiller municipal (1965-1995) et adjoint au maire (1971-1995) d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) ; secrétaire de la commission sportive du comité central du PCF.

Gilbert Ridouh
Gilbert Ridouh
Arch. Com. Ivry-sur-Seine

Fils d’un manœuvre et d’une blanchisseuse qui travaillait à mi-temps aux Postes, télégraphes et téléphones (PTT) et vendait des journaux, Gilbert Ridouh, après avoir obtenu le baccalauréat en 1960, étudiant salarié (notamment comme professeur suppléant d’éducation physique et sportive de la ville de Paris dans des écoles primaires et des centres d’apprentissage) à la Faculté des Sciences de Paris, obtint la licence ès-sciences, le certificat d’aptitude à l’EPS de second degré, la maîtrise de sociologie en 1970 (Sorbonne), puis en 1976 une thèse de sociologie. Reçu au concours de recrutement au professorat d’EPS dans l’enseignement supérieur, puis nommé en 1968 à Paris, il fut muté en octobre 1972 à l’ouverture de la faculté de pharmacie à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine). Nommé directeur des activités physiques et sportives et gestionnaire des équipements sportifs de l’université de Paris XI, membre élu du conseil d’administration d’une des trois UFR constitutive de la faculté, il rédigea les statuts du service universitaire des activités physiques et sportives de Paris XI constitué en 1973-1974. Il enseignait en licence de STAPS et fut directeur de l’UFR STAPS de l’Université Paris XI-Sud (Orsay) de 1996 à sa retraite en 2000.

Il adhéra au Syndicat national d’éducation physique en 1968 mais milita peu dans le syndicalisme.

Sportif de haut niveau (hand-ball, champion de France 1963, 1964, 1966 et international 1959), il effectua un an de service militaire en Algérie et un an au bataillon de Joinville comme officier (novembre 1960-novembre 1962).

Il se maria avec une typiste dans l’imprimerie, de gauche, fille d’un tourneur sur verre et d’une employée. Le couple eut deux enfants.

Ridouh, membre des Jeunesses communistes depuis 1954, adhéra au Parti communiste français en janvier 1958. A Ivry-sur-Seine où il résidait cités Marat puis Monmousseau, membre du comité de la section communiste Ivry-Ouest, il fut élu conseiller municipal communiste le 14 mars 1965. Il siégea dans l’équipe municipale que dirigeait Jacques Laloë jusqu’en 1995 et comme deuxième adjoint à partir de 1971. De 1971 à 1979, il fut adjoint au maire délégué à l’enseignement, la jeunesse et les sports. Il fit partie des créateurs du Challenge Georges Marrane. Réélu 1979 jusqu’en 1995, adjoint délégué à l’urbanisme, il ne fut jamais permanent et reversa la totalité des indemnités au PCF car il fut "un adversaire constant, résolu, de la professionnalisation politique". Il ne se représenta pas en 1995.

Ridouh suivit l’école centrale du PCF en août 1972. En 1985, candidat au Conseil général dans le canton d’Alfortville-sud, il arriva en quatrième position avec 568 voix.

Il devint secrétaire général (1965-1972) puis président (1976-1987) de l’Union sportive d’Ivry-sur-Seine.

Membre du comité de section communiste d’Ivry-Sud, il exerça des responsabilités au sein de la commission sportive du comité central du PCF à partir de 1965 et en fut secrétaire de 1985 à 2002. Le1er octobre 1997, L’Équipe consacrait un article sur une commission nommée par Marie-George Buffet (ministre communiste de la jeunesse et des sports de 1997 à 2002), L’article affirmait qu’il n’était pas un « agent secret ». En désaccord avec la politique menée par Marie-George Buffet, il quitta cette responsabilité en 1992.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74086, notice RIDOUH Gilbert par Jacques Girault Michèle Rault, version mise en ligne le 16 septembre 2009, dernière modification le 6 septembre 2014.

Par Jacques Girault Michèle Rault

Gilbert Ridouh
Gilbert Ridouh
Arch. Com. Ivry-sur-Seine

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Correspondances avec Gilbert Ridouh.

Version imprimable Signaler un complément