PERRIER Jean, Gaspard

Par Justinien Raymond

Né le 16 mars 1914 à Saint-Pierre-d’Albigny (Savoie), mort le 13 mai 2011 à Chambéry (Savoie) ; cheminot ; membre de la Jeune République ; président de l’Union départementale CFTC de Savoie (1951-1959) ; résistant.

Fils d’un cultivateur, décédé en 1920 des suites de la guerre, Jean Perrier fit ses études au collège libre de La Villette près de Chambéry et obtint le baccalauréat. Au collège, il subit l’influence d’un prêtre, ancien militant du Sillon, qui avait fondé le Cercle Lacordaire afin de développer la culture sociale de ses membres. Il lut ensuite des écrits marxistes, les encycliques sociales du pape et leurs commentaires dans la Documentation catholique.

Après son service militaire, il entra en 1934 à la Société d’électrochimie et
d’électrométallurgie d’Ugine comme ouvrier, puis passa à la Compagnie PLM en 1937, au service de la voie et des bâtiments.

Puis, il fut titularisé attaché dès septembre 1937, promu contrôleur technique en août 1946, promu inspecteur adjoint en mai 1965, à l’arrondissement de Chambéry. Il prit sa retraite en février 1972 avec le titre de chef de bureau principal.

Jean Perrier adhéra à la CGT à Ugine en 1934. Il participa à cinq jours de grève sur le tas en juin 1936. En 1937, alors qu’il était à Chambéry au service du PLM, il adhéra à la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) et, à la même époque, au mouvement de la Jeune République qui le fit entrer à son bureau.

Mobilisé le 25 août 1939, démobilisé en juillet 1940, il travailla en Savoie à l’organisation de mouvements de Résistance.

Il épousa Marie-Antoinette Jalabert le 27 mars 1940 à Jacob-Bellecombette (Savoie) avec qui, il eut quatre denfants.

En mars 1949, il était président du syndicat chrétien des cheminots de Chambéry. L’année suivante, en mars, il fut signalé comme étant membre du bureau de l’Union départementale CFTC de la Savoie. Puis, il devint son président en mars 1951 et il assumait cette fonction jusqu’en décembre 1959.

Il fut alors remplacé à ce poste par Louis Barjon, du SGEN.

En mai 1953, il présenta au congrès de l’UD Savoie un rapport sur la nécessaire évolution de la CFTC, dissociant le religieux du syndical.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7405, notice PERRIER Jean, Gaspard par Justinien Raymond, version mise en ligne le 17 janvier 2015, dernière modification le 17 janvier 2015.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Témoignage de l’intéressé. — Arch. Dép. Savoie, 33 M IV-8. — Arch. municipales de Chambéry, 7 F 5. — Arch. SNCF. —Eléments d’histoire de la CFDT en Savoie. De 1930 à 1980, ouvrage collectif de l’UD CFDT de la Savoie, juillet 2001. — Notes de Louis Botella et de Michel Gorand. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément