VILLETTE André, Eugène, Auguste, Arthémon

Par Jean Maitron

Né le 22 octobre 1917 à Pithiviers (Loiret), mort le 2 février 1992 à Vendôme (Loir-et-Cher) ; employé puis éditeur ; dirigeant de la JOC ; directeur des Éditions ouvrières ; maire de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) et conseiller général.

André Villette à la Libération
André Villette à la Libération
[Arch. JOC]

Fils d’un ouvrier fumiste beauceron et d’une employée de maison, André Villette, employé de banque, adhéra à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) en 1932. Il devint président de la Fédération du Calvados en 1937 puis entra au secrétariat national en 1938. Il resta en fonction jusqu’en 1948. Durant cette période, il dirigea les publications de la JOC et notamment l’hebdomadaire du mouvement La Jeunesse ouvrière. Membre à Lyon (Rhône) de l’équipe clandestine de Témoignage chrétien, il continua à collaborer à ce journal jusqu’en 1950 et donna des articles aux Cahiers de notre jeunesse, à L’Essor de Saint-Étienne (Loire) et à Cronache sociali de Turin (Italie). Ses grandes qualités d’orateur furent particulièrement appréciées à la Libération.

En mai 1948, André Villette entra aux Éditions ouvrières dont il fut le directeur littéraire et le directeur financier jusqu’en 1982, date de son départ en retraite. On lui doit, ainsi qu’à Roger Cartayrade, directeur général, le développement de l’histoire sociale et en particulier la décision d’accepter le projet, présenté par Jean Maitron, du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier.
Militant de la CFTC de 1938 à 1940, il adhéra à la CGT (cadres de la Fédération du Livre) en 1974 et en fut membre jusqu’en 1982.

Élu conseiller municipal de Fresnes en 1959 sur une liste de défense des intérêts communaux, André Villette fut désigné comme maire adjoint. Sous la même étiquette, il fut élu maire en 1965 et réélu en 1971. Il gagna également les élections de 1977 mais cette fois avec le soutien officiel du Parti socialiste. Ce parti soutint sa candidature au conseil général du Val-de-Marne en 1976 où il siégea comme apparenté au groupe socialiste. En mars 1982, il devint vice-président du conseil général.

André Villette adhéra au Parti socialiste en novembre 1982 et dirigea aux élections municipales de 1983 une liste d’Union de la gauche qui emporta la majorité des sièges. Réélu maire, il donna sa démission en mars 1985 en raison d’incidents de santé qui le contraignaient à limiter son activité. Son expérience de premier magistrat municipal lui avait inspiré un livre intitulé J’étais maire de Fresnes, publié par les Éditions ouvrières en 1990. De 1982 à 1986, il avait siégé au sein du groupe socialiste du conseil régional d’Île-de-France.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73941, notice VILLETTE André, Eugène, Auguste, Arthémon par Jean Maitron, version mise en ligne le 11 septembre 2009, dernière modification le 28 octobre 2009.

Par Jean Maitron

André Villette à la Libération
André Villette à la Libération
[Arch. JOC]
[Arch. JOC]
André Villette (à droite) avec Jean Maitron
André Villette (à droite) avec Jean Maitron
[Arch. JOC]

SOURCE : Témoignage d’André Villette.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément