ABRAHAM Bernard, Emile, Louis

Par Jacques Girault

Né le 29 décembre 1928 à Bricquebec (Manche) ; professeur dans la Manche et en Loire-Atlantique ; militant syndicaliste du SNETP-CGT puis du SNES ; militant communiste.

Fils d’un artisan menuisier, socialiste SFIO et militant de la Ligue des droits de l’Homme qui mourut en 1942, et d’une mère qui exerça la profession de tricoteuse après 1942, Bernard Abraham reçut tous les sacrements catholiques et, bien qu’athée, accepta que ses enfants reçoivent les premiers sacrements. Il fréquenta l’école laïque, puis boursier, le collège classique et moderne de Valognes (Manche) où il réussit au baccalauréat en 1947. Il obtint une licence de philosophie à la Sorbonne puis à Caen (1951).

Maître d’internat à Evreux (Eure), puis à Caen de 1948 à 1952, Bernard Abraham effectua son service militaire en 1952-1953. Marié en février 1951 à Caen avec une étudiante, fille d’un photographe, il devint maître auxiliaire de lettres au centre d’apprentissage de Coutances (Manche) où son épouse travaillait en 1953-1954. Le couple eut deux enfants. Ils furent reçus à l’école normale nationale d’apprentissage en 1954 et furent titularisés dans leur établissement de Coutances où ils restèrent jusqu’en 1958. Il prépara alors la première partie du Certificat d’aptitude au professorat des écoles nationales professionnelles et des collèges techniques. Reçu, il entra directement en 1958 en troisième année de l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section E). Il fut en 1959 nommé au collège technique de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) où il enseigna la philosophie, enseignement qu’il continua à exercer comme professeur certifié lors de la création du lycée polyvalent Aristide Briand par fusion avec le lycée classique et moderne. Il prit sa retraite en 1989.

Bernard Abraham adhéra au Syndicat national de l’enseignement secondaire en 1948. Membre du Syndicat national de l’enseignement technique et professionnel-CGT à Coutances, secrétaire de la section de son établissement membre du bureau départemental, il rejoignit le SNET-FEN en 1958, puis fut membre du SNES après la fusion de 1967. Au titre de la tendance Unité et Action, il exerça diverses responsabilités dans son établissement (secrétaire du S1 en 1967) et continua à adhérer après sa retraite. Pourtant, son militantisme s’exerçait entre 1989 et 2004 comme délégué de l’Union locale CGT pour assister les salariés devant le Conseil de Prud’hommes ou d’autres instances judiciaires.

Parti pendant l’été 1952 en Yougoslavie dans de cadre des brigades de la Jeunesse, membre du Parti communiste français depuis 1954, adhérant avec son épouse lors de la scolarité à l’ENNA, secrétaire de la cellule communiste de Coutances (1955-1958), membre du comité de la fédération communiste de la Manche (1955-1959), Bernard Abraham participa au comité de la section communiste de Saint-Nazaire après 1959. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Savenay en 1967 (234 voix, troisième position), en 1973 et en 1979, et en 1971, aux élections municipales de Saint-Nazaire sur la « Liste d’union pour une gestion sociale, moderne et démocratique » présentée par le PCF.
Militant actif du Mouvement de la Paix, Bernard Abraham fut secrétaire du comité de Saint-Nazaire de l’association France-URSS (1959-vers 1975). Il participa à la fondation du comité local de France-Tchécoslovaquie en 1985, qui devint Comité d’amitié française slovaque et tchèque dont il cessa d’être secrétaire en 2002. Parlant le Slovaque, il enseigna le français trois années de suite en Slovaquie dans le cadre de l’association « Les retraités sans frontières ».

Bernard Abraham se retira progressivement du PCF à partir de la fin des années 1980 mais continuait à appeler à voter communiste et à verser aux souscriptions.

Son épouse Claudine, Micheline Giraud, née le 7 septembre 1929 à Domfront (Orne), fille de photographes, communiste depuis 1954, termina sa carrière comme professeur d’enseignement général au collège technique de Saint-Nazaire. Militante du SNETP-CGT, elle fut membre de la commission administrative de l’Union locale, responsable des femmes.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73800, notice ABRAHAM Bernard, Emile, Louis par Jacques Girault, version mise en ligne le 7 septembre 2009, dernière modification le 1er juin 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément