HUBERT Robert

Par Jean-Pierre Besse

Né le 4 octobre 1898 à Beauvais (Oise), mort le 27 octobre 1980 à Beauvais ; ouvrier du textile ; militant communiste et syndicaliste CGT de l’Oise ; conseiller municipal de Beauvais ; secrétaire de l’Union locale.

Robert Dartois était le fils naturel de Juliette Pauline Dartois, ouvrière en tapis, âgée de dix neuf ans et domiciliée rue de l’Echelle à Beauvais (Oise). Il fut reconnu par sa mère le 6 mai 1899 et par son père, Pierre, Henri, Hubert le 20 avril 1918 par un acte inscrit à la mairie du XXé arrondissement de Paris.

Ouvrier tisserand Robert Hubert épousa en octobre 1920 à Beauvais Madeline Mabille. Il était responsable du syndicat des ouvriers du textile de la Manufacture française des tapis et couvertures (MFTC), l’une des grandes entreprises textiles du beauvaisis, à partir du milieu des années 1930 et l’un des dirigeants de l’Union locale CGT à partir du Front populaire. Il fut délégué au congrès national de la CGT à Nantes en 1938 où il représentait tous les syndicats textiles du département, au congrès de la fédération du textile en 1939 à Paris et au congrès de l’UD-CGT la même année à Beauvais.

C’est lui qui présida à la première réunion syndicale après la Libération tenue le 8 septembre 1944 à Beauvais. Il était alors membre du bureau provisoire de l’UD-CGT.

Il fut secrétaire de l’union locale de Beauvais de 1944 à 1952, membre de la CA de l’UD de 1945 à 1952 et gérant du journal Le textile de Beauvais, lors de sa reparution en janvier-février 1945. Les syndicats textiles du beauvaisis étaient les seuls à faire vivre un journal syndical spécifique à leur profession avec les métallurgistes du bassin creillois. Il fut aussi administrateur de la caisse primaire de Sécurité sociale à partir de 1947.

Robert Hubert militait aussi au Parti communiste, il fut nommé conseiller municipal à la Libération mais ne fut pas candidat aux municipales de 1945. Il fut tête de liste dans le canton de Beauvais-sud ouest, en novembre 1946, lors des élections des délégués chargés d’élire les conseillers de la République. Elu conseiller municipal en 1947, il démissionna en 1952. Cette démission intervint alors qu’un rapport du préfet avait déjà annoncé sa démission de la direction du syndicat des ouvriers du textile en février 1951. Information non confirmée par Le textile de Beauvais dont il était toujours le gérant et qui le présentait toujours comme le secrétaire du syndicat. Il dut cependant démissionner en octobre 1953 de ses responsabilités syndicales, accusé « de mener une politique vide de tout sens de classe » et de succomber « au paternalisme de la direction » et d’en « profiter ».

C’est à cette époque, selon les témoignages, qu’il s’éloigna du Parti communiste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73795, notice HUBERT Robert par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 5 septembre 2009, dernière modification le 5 septembre 2009.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Oise, 394 W 3934.— Le textile de Beauvais, 1936-1939, 1945-1954. —Le Patriote de l’Oise, 1944-1950.— Etat civil de Beauvais.— Témoignages de militants beauvaisiens.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément