MALLERET-JOINVILLE Ségolène [née MANCERON Françoise, Yvonne, Ségolène]

Par Claude Pennetier

Née le 18 octobre 1921 à Metz (Moselle), morte le 15 mars 1987 à Paris (XVe arr.) ; résistante ; militante communiste ; secrétaire particulière au cabinet de Maurice Thorez, ministre d’État ; conseillère municipale d’Arcueil (Seine, Val-de-Marne).

Ségolène Malleret
Ségolène Malleret

Fille de François Manceron, préfet de Moselle puis résident général en Tunisie et ambassadeur au Danemark, elle reçut une éducation catholique. Licenciée en philosophie et en droit puis professeur de lettres, Ségolène Malleret était la femme du résistant Alfred Malleret, dit Joinville. Elle s’était mariée le 3 février 1945 à Bourg-la-Reine.

Entrée dès 1941 comme secrétaire permanente du mouvement « Libération » à Lyon, elle fut secrétaire de Pierre Hervé*, chef de région des Mouvements unis de Résistance pour la région lyonnaise, puis de Malleret. Elle adhéra au Parti communiste en 1943 et travailla avec Malleret sous les pseudonymes successifs de Françoise, Viviane, Magali, Anna et Annick.

À la Libération, Ségolène Malleret occupa les fonctions de chef du secrétariat particulier au cabinet de Maurice Thorez, ministre d’État et participa de 1948 à 1955 à la direction de l’Union des femmes françaises. Elle siégea à la commission de l’enfance du PCF, et fit partie du collectif qui en région parisienne coordonnait les initiatives pour le 70e anniversaire de Staline.

Elle fut élue conseillère municipale communiste d’Arcueil le 8 mars 1959, le 14 mars 1965, en 1971 et en 1977. Elle avait obtenu 4 404 voix en 1959 (la majorité absolue était de 4 128). Aux élections municipales du 14 mars 1965, elle obtint 5 553 suffrages sur 9 412 exprimés.

Elle fut nommée déléguée à la caisse des écoles et au lycée intercommunal Kremlin-Bicêtre, au CES Galois et au conseil d’administration des établissements scolaires du second degré. La première magistrature municipale était occupée par Marius Sidobre puis Marcel Trigon*.

Médaillée de la Résistance, Ségolène Malleret militait à la FEN. Elle était mère de trois enfants. Elle mourut le 15 mars 1987 et fut enterrée à Vimines (Savoie) auprès de sa première fille Ève, décédée en avril 1984. Son fils Paul, né en 1956, vivait alors à Arcueil. Sa fille Françoise, était née en 1947 à Fresnes.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73773, notice MALLERET-JOINVILLE Ségolène [née MANCERON Françoise, Yvonne, Ségolène] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 1er septembre 2009, dernière modification le 27 avril 2013.

Par Claude Pennetier

Ségolène Malleret
Ségolène Malleret

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1Mi 2426. — Arch. Com. Arcueil, séries : 25W6 (élections municipales 1953 et 1959) ; K1 174 (élections municipales 1959) et 25W8 (élections municipales 1964 et 1965). — Notice DBMOMS Alfred Malleret*. — Le Monde, mardi 24 mars 1987.

Version imprimable Signaler un complément