MALLERON Auguste, François, Patient

Par Michèle Rault

Né le 17 mai 1911 à Oussoy (Loiret), mort le 27 mai 2012 à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) ; commis épicier, chauffeur-livreur ; syndicaliste CGT et militant communiste ; conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) de 1951 à 1953.

Fils de vignerons qui avaient six enfants, Auguste Malleron perdit sa mère à l’âge de dix ans. Gardant des chèvres tout en allant à l’école, il obtint le certificat d’études, mais la situation de sa famille l’obligea à abandonner toute scolarité. Il entra en apprentissage d’épicier, en 1925, à Sancerre (Cher). À l’âge de quinze ans, il vint travailler à Paris, rue Montmartre puis rue des Martyrs, et enfin à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis). En 1928, il trouva de l’embauche comme commis épicier à la succursale Damoy de Saint-Denis. En 1930, il fut muté aux entrepôts Damoy à Ivry-sur-Seine comme chauffeur-livreur et déménagea à Ivry. Dans cette entreprise, il participa aux grèves de 1936 et adhéra alors au Parti communiste et à la CGT. En décembre 1937, il suivit la grande grève avec occupation des locaux qui dura jusqu’au début de l’année 1938. À l’issue de la grève, le service de livraison supprimé et les chauffeurs licenciés, Auguste Malleron fut contraint au chômage pour quelques mois. Il retrouva du travail, en juin 1938, à l’entreprise Amieux d’Ivry.

En 1941, considéré par la police comme « agitateur », il fut « poursuivi pour entrave à la liberté du travail » et son logement perquisitionné. Responsable du Comité des mal-logés, candidat communiste sur la liste conduite par Georges Marrane en 1947, il n’obtint pas le nombre de voix nécessaires pour être élu. Il fut néanmoins proclamé conseiller municipal le 10 mars 1951, en remplacement de Jean Mazet. Il ne se représenta pas au scrutin de 1953. Militant de la Fédération CGT de l’Alimentation, il s’engagea avec sa femme dans de nombreuses actions de solidarité et tout particulièrement auprès de militants espagnols anti-franquistes ou, en 1947, auprès des mineurs en grève accueillant un de leurs enfants.

Il s’était marié le 16 décembre 1933 à Ivry-sur-Seine avec Angèle Prime qui fut conseillère municipale communiste d’Ivry-sur-Seine de 1953 à 1971.

Il finit sa vie à Bonneuil-sur-Marne où vivait sa fille Gisèle Chaffaud.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73768, notice MALLERON Auguste, François, Patient par Michèle Rault, version mise en ligne le 1er septembre 2009, dernière modification le 9 octobre 2012.

Par Michèle Rault

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. d’Ivry-sur-Seine. — Témoignage d’Auguste Malleron recueilli par sa fille, Gisèle Chaffaud, 2007.

Version imprimable Signaler un complément