MAGOT Albert

Par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

Né le 21 mars 1884 à Saint-Florent (Cher), mort le 27 janvier 1956 à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) ; menuisier puis responsable des travaux à la régie municipale d’Ivry-sur-Seine ; militant communiste.

Fils d’un employé des chemins de fer, Albert Magot assura en 1927 et en 1932 la gérance de L’Aube sociale, organe du Parti communiste pour le canton d’Ivry-sur-Seine. Embauché comme menuisier à la Régie municipale d’Ivry-sur-Seine à partir d’avril 1930, il fut en 1933-1934 secrétaire d’une des cellules du quartier du Port d’Ivry (cellule Pompée) et fit partie en 1936, en tant que trésorier, du secrétariat du comité d’action de propagande syndicale. Sa femme, Marthe Magot, paqueteuse, participa, cette année-là, activement à l’occupation de son usine, les établissements Ferrand Renaud.

Militant clandestin pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut arrêté le 3 août 1940 avec Marcel Boyer, Louis Guidou et Jules Vanzuppe et interné administrativement. Libéré le 10 août 1944, il fut réintégré à la Régie municicipale où il devint responsable des travaux.

Toujours membre du Parti communiste, il mourut le 27 janvier 1956 à Ivry. Venise Gosnat lui rendit hommage.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73754, notice MAGOT Albert par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 1er septembre 2009, dernière modification le 30 octobre 2009.

Par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — L’Aube sociale, mai 1932. — Le Travailleur de la banlieue sud, avril 1936, 4 février 1956. — B. Chambaz, mémoire de maîtrise, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément