PÉRIA Louis, Joseph

Né le 16 juillet 1896 à Paris (XVIIe arr.) ; cheminot ; syndicaliste CGTU puis CGT ; membre du conseil national de la Fédération CGT des cheminots (1947-1949).

Après sa sortie de l’école primaire, Louis Péria entra en apprentissage et devint ouvrier mécanicien. Mobilisé à la déclaration de guerre, démobilisé en 1919, il milita activement dans les syndicats de la Métallurgie de la région parisienne et participa aux luttes ouvrières des années 1920 et 1921.
Entré à la Compagnie des chemins de fer du Nord le 1er mai 1922 comme aide-ouvrier aux ateliers du Landy, à Saint-Denis, il fut élu en septembre 1926 secrétaire du syndicat unitaire des cheminots de Paris-Nord qui groupait neuf cents adhérents. Péria était également membre de la commission exécutive de la Fédération unitaire des cheminots et, en 1927, il devint membre de la commission exécutive de l’Union des syndicats unitaires de la région parisienne. Ayant adhéré en 1920 au Parti socialiste, il rejoignit en 1921, après le congrès de Tours, les rangs du Parti communiste. En 1936, il se présenta aux élections législatives dans la 1re circonscription de Senlis (Oise) et recueillit 1 611 voix sur 15 821 inscrits au 1er tour.
En 1929, Péria devint délégué du personnel auprès du directeur du réseau. Il avait assisté au IVe congrès de la CGTU (Bordeaux, 19-24 septembre 1927), puis fut délégué au congrès de la Fédération unitaire des cheminots (7-9 juin 1929) dont il critiqua les déviations « réformistes » et demanda un renforcement de l’organisation fédérale. Par la suite il fut délégué aux Ve, VIe, VIIe et VIIIe congrès de la CGTU. Il fut élu à la commission exécutive à l’issue du VIe (novembre 1931). En 1932, Péria était toujours secrétaire du syndicat unitaire de Paris-Nord. Il l’était également en février 1935, date à laquelle les cheminots unitaires et confédérés du Réseau Nord n’avaient pas encore fusionné. À nouveau délégué au VIIe congrès (Paris, 23-29 septembre 1933), puis au VIIIe (Issy-les-Moulineaux, 24-27 septembre 1935), Louis Péria n’appartint plus à la direction nationale.
Par contre, il fut délégué au congrès de réunification de Toulouse (2-5 mars 1936), puis au XXVe congrès de la CGT (Nantes, 14-17 novembre 1938). En 1938-1939, il occupait la fonction de secrétaire général du syndicat unifié des travailleurs des chemins de fer du Nord qui fut dissous le 21 novembre 1939. Il avait été élu membre du conseil fédéral au congrès de 1938.
Mobilisé le 4 mars 1940, il reprit son travail à la Cie le 17 juillet. Il fut licencié le 15 novembre 1940 par arrêté pris le 30 octobre 1940 par le secrétaire d’État aux communications, en application de la loi du 18 septembre 1940. Pendant la guerre, il fit partie du 7e Rayon de l’ex-Parti communiste interdit.
Après la Seconde Guerre mondiale, Louis Péria fut délégué au congrès CGT de 1946 et redevint secrétaire des cheminots Paris-Nord. Il fut membre du conseil national de la Fédération CGT des cheminots de 1947 à 1949.
Marié, Louis était père d’un enfant.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7374, notice PÉRIA Louis, Joseph, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 20 avril 2012.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13671. — Arch. PPo. 101, 300 et 308, SNCF S25 (note du 19 novembre 1940). — Compte rendu du congrès fédéral, 1938. — Stéphane Courtois, La Politique du PCF et ses aspects syndicaux, 1939-1944, Thèse de 3e c ycle, Nanterre, 1978. — Le Travailleur de Somme et Oise, 20 mars (portrait) et 8 mai 1936. — DBMOF, tome 38, p. 203. — Notes de Jean-Luc Pinol et de Pierre Vincent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément