MARCILLOUX Antoine

Par Claude Pennetier

Né le 14 novembre 1882 à Bourganeuf (Creuse), mort le 7 janvier 1948 à Paris (XIVe arr.) ; architecte ; militant socialiste de Cachan (Seine, Val-de-Marne).

Antoine Marcilloux était fils d’un terrassier, socialiste. Aîné de six enfants, il reçut cependant une solide instruction primaire, puis travailla comme apprenti dessinateur tout en suivant des cours du soir qui lui permirent de devenir architecte. “Ce n’est donc qu’à lui et à lui seul qu’il doit la situation qu’il occupe”, écrivait un journal socialiste en 1932.

Mobilisé en 1914, il fit toute la guerre dans l’infanterie et fut blessé. C’est en 1919 qu’il vint s’installer à Cachan et milita à la section socialiste. Il était secrétaire de la section socialiste de Cachan en 1930. En fait, Cachan et Arcueil formaient une section commune, même après la séparation administrative en deux communes en 1923. Selon les comptes rendus des congrès fédéraux, les effectifs évoluèrent ainsi : huit cotisants en 1930, huit en 1931, treize en 1932, onze en 1933.
En 1934, Cachan constitua sa propre section groupant au départ six adhérents, puis vingt-deux en 1935, et cinquante-cinq en 1936. Marcilloux dirigea la liste socialiste SFIO lors des élections municipales du 5 mai 1929, elle obtint 450 voix de moyenne sur 2 038 suffrages exprimés (liste communiste : 478). Aux élections municipales du 5 mai 1935 les candidats socialistes obtinrent 627 voix (ou 655 selon d’autres sources) sur 2 694 suffrages exprimés et 4 775 inscrits (liste communiste : 788). Communistes et socialistes s’unirent dans une liste antifasciste pour le second tour. La liste “réactionnaire” l’emporta de quelques voix : 1 400 contre 1 396. Seuls les candidats les mieux placés, trois socialistes, dont Marcilloux, André Lemoine, Edmond Lambert* entrèrent au conseil municipal.

Le Parti socialiste présenta Antoine Marcilloux au conseil général dans la première circonscription de Villejuif, le 26 mai 1929. Il recueillit 974 voix sur 10 992 inscrits. Candidat aux élections législatives du 1er mai 1932 dans la huitième circonscription de Sceaux (canton de Villejuif), Antoine Marcilloux obtint 2 941 suffrages sur 25 167 inscrits et 21 915 votants.

Architecte de plusieurs municipalités socialistes dont L’Haÿ-les-Roses, Marcilloux était, en 1932, président du groupe des architectes socialistes.

Après la Seconde Guerre mondiale, Antoine Marcilloux adhéra au Parti socialiste démocratique de Paul Faure et y milita dans la Fédération de la Seine. Il fut conseiller municipal RPF de Montrouge à partir du 30 octobre 1947 jusqu’à son décès survenu le 7 janvier 1948 à Paris (XIVe arr.).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73648, notice MARCILLOUX Antoine par Claude Pennetier, version mise en ligne le 28 août 2009, dernière modification le 9 décembre 2012.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3, versement 10451/76/1. — Arch. Com. Cachan. — Arch. Jean Zyromski, dossier Fédération de la Seine. — Compte rendu des congrès de la fédération socialiste de la Seine. — Le Socialiste, 24 avril 1932. — Le Socialiste, organe du Parti socialiste démocratique, n° 53, 31 janvier 1948. — G. Lachapelle, Les Élections législatives de 1936, op. cit. — Notes de M. Dreyfus. — Renseignements communiqués par A. Veyssière. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément