LACQMENT Marcel [LACQMENT Prosper, Victor, Marcel]

Par Claude Pennetier

Né le 7 octobre 1885 à Paris (XVIIIe arr.) ; marchand forain ; militant communiste ; résistant ; adjoint au maire de Gentilly (Seine, Val-de-Marne).

Marcel Lacqment
Marcel Lacqment
Bulletin municipal de Gentilly, mars 1953

Titulaire du certificat d’études primaires, marchand forain, membre de la Fédération des commerçants non-sédentaires depuis 1927, Marcel Lacqment adhéra au Parti communiste en mai 1936, à Gentilly (Seine, Val-de-Marne).

Il déclara ne pas avoir adhéré avant en raison de son passé peut-être marqué par l’anarchisme : « Arrêté en mai 1909 pour fabrication et émission de fausse monnaie. Condamné en juin 1910 à 5 ans de réclusion. Libéré en janvier 1913 par déclaration conditionnelle. Réhabilité de droit en 1934 (20 ans après). Je n’ai pas adhéré au Parti plus tôt parce que je ne voulais pas que cette affaire, si elle venait à être connue, rejaillisse sur le Parti avant ma réhabilitation. », Responsable communiste avant 1939, membre du bureau de section, Prosper Lacqment fut un militant communiste actif pendant le guerre.

Arrêté en août 1939 à la dissolution du PC ; il passa quatre mois à la prison de Fresnes. Il participa à la Résistance dans le cadre du FN, sous le pseudonyme Gaston et fut responsable du triangle de Gentilly. Arrêté le 9 décembre 1943 par les Brigades spéciales.

Moyens de défense : les policiers n’ayant rien trouvé chez lui au cours de la perquisition, il reconnut appartenir au PC mais nié avoir une activité clandestine. Interné à la prison de la Santé, il fut condamné à un an de prison le 4 mai 1944 par le Tribunal spécial.

Membre du Comité local de Libération de Gentilly, maire adjoint communiste, il fut élu premier adjoint, le 27 octobre 1947. Il devint 3e adjoint le 6 mai 1953 et le resta le 28 mai 1955 et le 20 mars 1959, jusqu’à son décès à une date non précisée. Lacqment s’occupait plus particulièrement de toutes les questions sociales et des personnes âgées comme président de la section de vieux travailleurs de Gentilly. Il était président de la commission de contrôle financier de la section communiste dans les années 1950.

Sa conjointe, Élise Descoust, étalagiste, était sympathisante. Il avait une fille, Suzanne Lacqment, bijoutière.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73610, notice LACQMENT Marcel [LACQMENT Prosper, Victor, Marcel] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 27 août 2009, dernière modification le 1er juin 2011.

Par Claude Pennetier

Marcel Lacqment
Marcel Lacqment
Bulletin municipal de Gentilly, mars 1953

SOURCES : Arch. Paris, DM3. — Renseignements communiqués par la mairie de Gentilly, 28 décembre 1983. — Arch. Fédération communiste du Val-de-Marne, notes de Paul Boulland.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément