LEBIDON Alfred [LEBIDON Louis, Auguste, Alfred]

Par Claude Pennetier

Né le 6 octobre 1876 à Corbeil (Seine-et-Oise, Essonne), mort 31 janvier 1965 à Créteil (Seine, Val-de-Marne) ; ouvrier du livre (clicheur) ; syndicaliste CGTU puis CGT (secrétaire du Syndicat des clicheurs ; Syndicat général du livre) et militant communiste ; maire de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne) de 1945 à 1959.

Alfred Lebidon
Alfred Lebidon
Arch. Com. Choisy-le-Roi

Fils d’un ébéniste, Alfred Lebidon débuta à l’âge de douze ans comme apprenti clicheur à l’imprimerie Crété de Corbeil. Il fut mobilisé pendant la Première Guerre mondiale et obtint la Médaille militaire et la Croix de guerre.

Il appartint au Parti socialiste avant 1914, puis au Parti communiste après le congrès de Tours (décembre 1920). Clicheur, simple membre de la commission administrative de la chambre syndicale des stéréotypistes-galvanoplastes de Paris et de la Seine en 1919, il était en 1920 secrétaire, assisté de Jean Vial-Collet, secrétaire adjoint, de Fernand Weber, trésorier et de Gisors, trésorier adjoint. Son syndicat passa à la CGTU et fut dirigé par Eugène Sayer, conseiller municipal du Bourget (Seine, Seine-Saint-Denis), jusqu’à la fusion dans le syndicat général du Livre-papier. Membre du syndicat CGTU du Livre-papier, membre de la commission exécutive depuis 1925, il devint secrétaire du comité international de propagande (CIP). Délégué au IIIe comité national (23-25 avril 1926), il présenta le rapport sur l’hygiène dans les ateliers et le saturnisme ainsi que celui sur les assurances sociales. Délégué au IIIe congrès national du Livre-papier tenu à Marseille (Bouches-du-Rhône) les 12-15 septembre 1928, rapporteur du CIP, il entra la même année au bureau fédéral.

Domicilié à Choisy-le-Roi, Alfred Lebidon fut élu conseiller municipal communiste du quartier des Gondoles, le 12 mai 1929, avec une minorité de neuf conseillers communistes dans une municipalité à direction radicale. Candidat dans le 1er secteur (centre) aux élections générales du 5 mai 1935, il fut battu et n’eut pas plus de succès à l’élection partielle du 20 mars 1936.

Arrêté en 1941, il fut déporté en Algérie. À la Libération, Alfred Lebidon n’étant pas de retour, ce fut sa femme Charlotte, couturière, qui fit partie du conseil municipal provisoire. Rentré à Choisy-le-Roi, il fut élu maire le 6 mai 1945, bien que la tête de liste fût Marcel Cachin. Maire jusqu’en 1947 puis simple conseiller élu en 1947, 1953 et 1959, conseiller général de la Seine de 1945 à 1953 (il ne se représenta pas à cette date), il présida l’Union des Vieux de France. Aux élections de 1959, il fut tête de liste avec Fernand Dupuy qui devint maire.

Marié le 17 octobre 1900 à Essonnes (Seine-et-Oise, Essonne), Alfred Lebidon mourut le 31 janvier 1965 à Créteil. Il était maire honoraire depuis 1961. Un équipement du quartier des Gondoles porte son nom.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73607, notice LEBIDON Alfred [LEBIDON Louis, Auguste, Alfred] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 27 août 2009, dernière modification le 8 mai 2015.

Par Claude Pennetier

Alfred Lebidon
Alfred Lebidon
Arch. Com. Choisy-le-Roi

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1 ; 1070 W 719. — Arch. Com. Choisy-le-Roi. — Compte rendu des congrès de la Fédération Livre-papier de la CGTU. — L’Humanité, 24 avril 1935. — Fernand Dupuy, Être maire communiste, Calmann-Lévy, 1975. — État civil de Corbeil-Essonnes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément