BUREAU Vincent

Par Annie Pennetier

Né le 26 septembre 1870 à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), mort le 23 mars 1942 à Valenton (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) ; plombier puis commerçant quincaillier ; maire communiste puis indépendant de Valenton de 1924 à 1941.

Vincent Bureau, photo-mécanique
Vincent Bureau, photo-mécanique
[Coll. privée Gisèle Marin, petite-nièce de Vincent Bureau]

Fils de Vincent Bureau, journalier et de Anne Brunet, Vincent Bureau épousa, le 6 octobre 1894, à Villeneuve-le-Roi (Seine), Léonide Comte, blanchisseuse. Il travaillait alors comme plombier dans la commune voisine de Choisy-le-Roi. Dans les années 1910, il tenait un commerce spécialisé dans la vente de fournitures de plomberie, d’électricité et d’éclairage, à Paris 172 rue de Courcelles. Au début des années 1920, le couple Bureau s’installa 21 Grande-Rue à Valenton comme commerçant quincallier. Il éditait aussi des cartes postales.
Vincent Bureau dirigea la liste communiste lors de l’élection communale partielle du 24 février 1924 à Valenton. Celle-ci enlevant six sièges, il fut désigné comme maire. Il conserva son écharpe le 3 mai 1925 et le 5 mai 1929 (toujours tête de liste communiste). Des désaccords politiques se firent jour et Vincent Bureau fut accusé par des militants de « tiédeur ».

Un épisode bouleversa la vie municipale. Un discours « antimilitariste » de son adjoint, Pierre Mallet, à la remise des Prix, provoqua la suspension du maire pour la durée d’un mois. Il démissionna de son mandat le 23 août 1933, pour protester, mais fut réélu par le conseil. Lors du scrutin de 1933, suite à la démission de cinq conseillers municipaux, il apporta son soutien à une liste populaire présentée par Meygret-Collet.

À la tête de la « Liste ouvrière et prolétarienne », opposée à la liste communiste Bloc ouvrier et paysan (BOP) de Paul Benoît aux élections de mai 1935, il fut reconduit dans ses fonctions de maire jusqu’en 1941, date à laquelle il fut démis de ses fonctions par le gouvernement de Vichy.

Une rue de Valenton porte son nom, ancienne rue des Vignes, par décision du conseil municipal réuni le 11 janvier 1945.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73140, notice BUREAU Vincent par Annie Pennetier, version mise en ligne le 3 août 2009, dernière modification le 6 janvier 2016.

Par Annie Pennetier

Vincent Bureau, photo-mécanique
Vincent Bureau, photo-mécanique
[Coll. privée Gisèle Marin, petite-nièce de Vincent Bureau]
Vincent Bureau et les sapeurs pompier de Valenton
Vincent Bureau et les sapeurs pompier de Valenton
[Valenton des origines à nos jours, op. cit.]
Vincent Bureau et son épouse
Vincent Bureau et son épouse
[Coll. privée Gisèle Marin, petite-nièce de Vincent Bureau]
Vincent Bureau et sa petite-nièce vers 1937
Vincent Bureau et sa petite-nièce vers 1937
[Coll. privée Gisèle Marin, petite-nièce de Vincent Bureau]

SOURCES : Arch. Com. Valenton. — L’Humanité, mai 1929. — Association de recherches et d’études à Valenton, Valenton des origines à nos jours, 1987. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne, 1988. — Notes de Martine Bennini . — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément