PAULARD Stylite, Alexandre

Par Justinien Raymond

Né le 7 décembre 1848 à Courtemay (Loiret), mort le 11 septembre 1909 ; cheminot ; syndicaliste ; conseiller municipal socialiste de Paris.

Agent commercial, Paulard vint à Paris en 1868 et y fut tour à tour employé aux chemins de fer comme homme d’équipe puis comme commis, employé de commerce et enfin caissier comptable puis à la Compagnie générale de carrières de construction (il y touchait 36 000 F par an en 1878). Rédacteur au Prolétaire dès 1879, il participa activement à la création du Parti ouvrier puis il suivit les possibilistes lors de la scission de 1882 survenue au congrès de Saint-Étienne où il était délégué d’Orléans. Il appartint au Comité national pendant de nombreuses années. Il fut condamné à la prison après la tenue du congrès ouvrier international de 1889 et poursuivi plus tard comme rédacteur-gérant des journaux Le Prolétariat et Le Travail. Il fut délégué aux congrès de la FTSF à Rennes (1884) et à Châtellerault (1890). Militant syndicaliste, Paulard fonda la coopérative d’alimentation, « La Sociale », dont les bénéfices devaient alimenter la caisse du Parti.

Il fut élu au 2e tour conseiller municipal du XIXe arr. de Paris (Pont-de-Flandre) (il résidait alors 25 Bd. de la Villette) en 1887 (avec 32,64 % puis 33,41 %) et battu en 1890 (avec 37,45 %). L’élection de son adversaire boulangiste fut annulée mais le nouveau scrutin de 1891 e fut pas favorable à Paulard (30,80 % puis 33,41 %). Conservant encore quelques liens avec la FTSF par le biais de la Coopérative La Sociale qu’il continua à administrer, il s’orienta vers les affaires et dirigeait en 1895 Le Bulletin colonial franco-tunisien. En 1908 il était administrateur de la société chimique des usines du Rhône et conseiller au commerce extérieur.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7309, notice PAULARD Stylite, Alexandre par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 31 août 2013.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Bibl. Nat., Notes biographiques..., op. cit. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, p. 194. — Michel Offerlé, Les socialistes et Paris, 1881-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse de doctorat d’État en science politique, Paris 1, 1979.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément