VAISSIER Pierre, Félix, Émile

Né le 9 novembre 1826 à Aumont-Aubrac (Lozère) ; demeurant à Paris ; célibataire ; employé chez un commissionnaire en marchandises.
En 1864, Vaissier était blanquiste et appartenait au noyau, « embryon du Parti » — Voir Casse G. Rédacteur et gérant du Candide — Voir Tridon — il fut condamné, le 18 août 1865, à trois mois de prison et 100 f d’amende pour outrage à la morale publique et religieuse et publication sans autorisation.
Vaissier fut encore une fois arrêté, le 7 novembre 1866, au café de la Renaissance, dans le VIe arr., alors que les blanquistes s’étaient réunis pour se prononcer sur le cas Protot coupable d’être intervenu à Genève, au 1er congrès de l’Internationale en septembre 1866, malgré la défense de Blanqui — Voir Levraud Ed. Il fut condamné au procès qui suivit, en janvier-mars 1867, à six mois de prison (trois mois en appel) et 100 f d’amende.
Pendant le 1er Siège, il fit partie de la 3e compagnie de marche du 103e bataillon, puis continua son service après le 18 mars 1871. Le 3 avril, il se trouvait au plateau de Châtillon et fut fait prisonnier le 4. Les renseignements recueillis sur lui étaient bons. Son père avait été juge de paix et conseiller général de la Lozère. Quant à lui, ancien étudiant en médecine, il est dit s’être abruti par la boisson ; il n’avait pas d’opinions politiques. Condamné, le 14 mars 1872, par le 15e conseil de guerre, à la déportation simple, il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article72169, notice VAISSIER Pierre, Félix, Émile , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/750 et H colonies 103. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément