SUÉTENS Léontine

Née le 3 ou le 4 mai 1846 à Beauvais (Oise) ; blanchisseuse ; participe à la Commune de Paris.

Célibataire ; blanchisseuse ; Léontine Suérens avait été condamnée le 10 octobre 1867, à Paris, à un an de prison pour vol. Depuis six ans, elle vivait en concubinage avec Aubert Louis, qui fut sergent-major au 135e bataillon fédéré. Elle le suivit comme vivandière dès les premiers jours de la Commune et assista avec lui aux combats de Neuilly, Issy, Vanves, Levallois-Perret. Elle fut blessée deux fois ; « son rôle au bataillon consistait à vendre de l’eau-de-vie aux gardes nationaux ». Venue le 22 mai rue de Lille (VIIe arr.), elle passa 24 heures à la Légion d’honneur, puis assista « à la construction de barricades et au transport des barils de pétrole ». Son compagnon, Aubert, fut tué sur une barricade ; elle-même, arrêtée, nia « avoir mis la main au pétrole » mais fut cependant condamnée le 4 septembre 1871, par le 4e conseil de guerre, à la peine de mort ; sa peine fut commuée le 27 novembre 1871 en travaux forcés à perpétuité.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article71354, notice SUÉTENS Léontine, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/730. — Gazette des Tribunaux, 4 septembre 1871. — Lissagaray, Histoire de la Commune, op. cit., p. 339. — Vuillaume, Mes Cahiers rouges ; op. cit., p. 11.

ICONOGRAPHIE : G. Bourgin, La Commune, 1870-1871, op. cit., p. 400.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément