SPOETLER (ou SPOËTLER) Jean

Né le 9 décembre 1834 à Paris ; y demeurant ; veuf, père de deux enfants ; « ouvrier sculpteur en sièges ». Délégué des menuisiers parisiens en fauteuils à l’Exposition universelle de 1867, avec Kaiser et Destrés , il fut élu au bureau de la Commission ouvrière fondée à cette occasion. Il habitait alors 13, rue Culture-Sainte-Catherine.
En juin 1870, Spoetler était secrétaire de la Chambre fédérale des sociétés ouvrières. Il signa le manifeste contre la guerre adressé aux travailleurs de tous pays, en juillet 1870 (cf. Dict., t. IV, p. 45). En septembre, avec Chouteau, Haan, Hamet, Privé, Robillard et Varlin E. , il fit partie du Comité central provisoire des vingt arrondissements de Paris (cf. J. Dautry, L. Scheler, Le Comité central... op. cit. Introduction).
Il intervint à la séance du Conseil fédéral des sections parisiennes de l’Internationale tenue à Paris le 22 mars 1871 et présida la séance de nuit des 23-24 mars (Les Séances officielles de l’Internationale à Paris pendant le Siège et pendant la Commune, op. cit.)
Sous-officier au 182e bataillon, 4e compagnie sédentaire, pendant le 1er Siège, Spoetler fut nommé capitaine le 4 avril 1871 et conserva ce grade pendant la Commune. Il prétendit n’avoir assisté à aucun combat ; le commissaire de police de son quartier soutint le contraire ; Spoetler ne semblait pas toutefois avoir pris part à la défense des barricades.
Il avait été quelques mois caissier à la chambre fédérale des sociétés ouvrières ; il allégua que loin d’être favorable à l’Internationale avec laquelle cette chambre était en rapports, il lui était hostile. Le 4e conseil de guerre le condamna, le 5 mars 1872, à cinq ans de bannissement ; le 8 juillet 1873, il fut frappé d’une peine de quatre ans de prison pour rupture de ban, mais le reste lui fut remis le 3 août 1875.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article71271, notice SPOETLER (ou SPOËTLER) Jean , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/751, n° 5094. — Eugène Tartaret, Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux électoraux, Paris, Imp. Augros, 1868, X-320 p. — Notes de R. Skoutelsky.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément