PRIVÉ Francis

Né aux environs de 1837 ; mort en janvier 1901 ; tapissier d’ameublement. Membre du Comité central provisoire des vingt arrondissements en septembre 1870 avec Chouteau, Haan, Hamet, Spœtler, Robillard et Varlin, Privé fit partie, sous la Commune, de la municipalité du VIe arr. (Saint-Sulpice).

Privé se battit jusqu’à la dernière extrémité au Père-Lachaise, puis, voyant la partie perdue, il enjamba le mur du cimetière dans la nuit du 27 au 28 mai, et se trouva dans la rue du Repos, XXe arr. Ayant vu fusiller des hommes porteurs de « godillots », il entra dans un café pour s’y laver les mains, cirer ses chaussures, frotter son épaule endolorie par le fusil et brosser son chapeau ; puis il descendit la rue de la Roquette, XIe arr., et trouva difficilement refuge chez des compagnons de sa loge maçonnique — Voir Thirifocq E.
Réfugié à Londres, il participa, en 1877, à l’organisation d’une tombola au profit des condamnés politiques de Nouvelle-Calédonie.
Un certain Privé, le même sans doute, tapissier d’ameublement, communard, décora à Londres avec Lehman, l’hôtel Richard Wallace (cf. L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 310).
Revenu à Paris après l’amnistie, il fit commerce d’antiquaire-brocanteur dans un baraquement, 76, rue de Rennes (VIe arr.). M. Vuillaume l’a présenté ainsi : « Dans sa haute taille et ses larges épaules, avec sa crinière grise, ses sourcils broussailleux sur des yeux bleus, son nez fortement accusé, le regard franc toujours en avant, le vieil insurgé a fort grand air. » Privé mourut en janvier 1901, à l’hôpital de la Charité, et fut enterré au cimetière d’Issy.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article69023, notice PRIVÉ Francis , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 mars 2017.

SOURCES : M. Vuillaume, Mes Cahiers rouges..., op. cit. — J. Dautry, L. Scheler, Le Comité central républicain..., op. cit. — Arch. PPo., B a/429.

Version imprimable Signaler un complément