PIRÉ Joseph

Né le 8 août 1828 à Mutzig (Bas-Rhin) ; demeurant à Paris ; célibataire ; armurier. Il avait fait deux congés dans l’armée : brigadier-armurier dans son dernier régiment, il avait été cassé de son grade trois ans avant de quitter le service et s’était vu refuser à sa libération un certificat de bonne conduite. Sous la Commune, il accepta les fonctions de chef-armurier de l’état-major de Neuilly ; il alla au fort de Montrouge ; le 9 mai, il fut blessé et resta dans une ambulance jusqu’au 22 mai ; sa concubine, Léontine Girard, se rendait avec lui aux barricades. Condamné, le 14 novembre 1871, par le 11e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, il vit sa peine commuée le 18 mars 1872, en déportation simple, le 7 mars 1876, en dix ans de détention, puis réduite à sept ans de détention le 27 juin 1876 ; il obtint une remise de six mois le 11 août 1877 ; on le notait « très bon sujet » à Quélern, Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime), Thouars, (Deux-Sèvres) ; la dernière note était du 9 novembre 1877.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article68490, notice PIRÉ Joseph , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/735 et BB 27.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément