PIOLEY

Mécanicien ; membre d’une section parisienne de l’Internationale ; délégué de la Société des mécaniciens (45, rue des Écluses-Saint-Martin, à Paris, Xe arr.) au 2e congrès de l’AIT tenu à Lausanne en septembre 1867. Il suivit les séances avec la plus grande assiduité — il ne manqua aucun appel sur les 15 qui eurent lieu — et fit partie de la commission de cinq membres chargée d’étudier la 7e question de l’ordre du jour : la privation des libertés politiques n’est-elle pas un obstacle à l’émancipation sociale des travailleurs, et l’une des principales cause des perturbations sociales (chômage) ? Quels sont les moyens de hâter ce rétablissement des libertés politiques ? Ne serait-ce pas la revendication par tous les travailleurs du droit illimité de réunion et de la liberté illimitée de la presse ?

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article68476, notice PIOLEY , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.
Version imprimable Signaler un complément