PAYET Alexandre

Né à Mions (Isère) le 19 janvier 1841 ; veloutier à Lyon.

Le 4 septembre 1870, il entra au Comité de Sûreté générale qui s’installa dans l’Hôtel de la Police. Le 8 octobre, il fut nommé garde urbain (Arch. Dép. Rhône, série M, notice individuelle, n° 183), mais fut renvoyé peu après pour négligence de service.
On le soupçonna d’avoir, en liaison avec les éléments qui préparaient l’émeute du 30 avril 1871, pris des dispositions pour l’arrestation ou l’assassinat du procureur de la République, du préfet, du général commandant la division et du directeur de la sûreté publique. Selon la police, il aurait été, en cas de victoire, chef de la police créée par la Commune. Il fut arrêté le 29 avril (veille de l’insurrection) à 18 h devant le Palais de justice avec un nommé Codex. Tous deux étaient armés et attendaient la sortie du procureur si l’on en croit les aveux de Codex. Payet nia toujours avoir eu les projets qu’on lui prêtait et il est à noter que le 19 novembre 1877, déposant dans l’instruction ouverte contre le capitaine Bourret, un des dirigeants de l’émeute, Codex déclara : « Lorsque j’ai été arrêté, j’ai dit des choses que je n’aurais pas dû dire, ce n’était pas la vérité. »
Condamné, le 13 décembre 1871, par le conseil de guerre de Lyon, à cinq ans de prison, sa peine fut confirmée en appel. Il bénéficia de la remise du reste le 10 novembre 1876.
Antérieurement il avait subi, à une date non précisée, une peine de quinze jours de prison pour tromperie sur la marchandise vendue.

Marié, il était père de trois enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article67706, notice PAYET Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 août 2013.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/787. — Arch. Dép. Rhône, série R, conseil de guerre de 1871, liasses A et J à P. — Maurice Moissonnier, La Première Internationale et la Comune à Lyon, Paris, Éditions sociales, 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément